Habillage fond de site

Un dépistage systématique du RAA chez les enfants de CM2

lundi 8 avril 2019

RAA dépistage

Ci-dessus, le type d’échographe portable qui servira à dépister les cardiopathies rhumatismales chez les enfants de CM2. (Photo : Jennifer Rofes)

Le ministère de la Santé a validé en ce début d’année le programme de lutte contre le rhumatisme articulaire aigu (RAA) 2019-2023 proposé par la direction de la santé. Sachant que la maladie se déclare le plus souvent chez les enfants de 5 à 14 ans, le dépistage scolaire systématique des élèves de CM2 a été mis en place.

Déjà débuté à Moorea, à Tahiti iti et dans la zone urbaine de Tahiti, il s’étendra jusqu’au mois de juin. La côte est de Tahiti, Rangiroa et Hao font également partie des zones où les enfants seront dépistés avant la fin de l’année.

La direction de la santé a prévu de tester 1 955 jeunes cette année et ambitionne, d’ici 2023, de dépister les 4 500 enfants cibles de cette classe d’âge.

Parmi les objectifs majeurs du programme 2019 figure aussi la mise en place d’un registre électronique dédié au RAA, la création d’un centre de référence pour la lutte contre le RAA et l’introduction des tests diagnostic rapide SGA pour le diagnostic des angines bactériennes.

 

3 838 personnes en longue maladie

 

Ce programme entièrement réactualisé vise à répondre à une situation épidémiologique qui n’évolue pas de façon favorable. Selon les professionnels de santé, en 2017, 3 838 personnes étaient inscrites en longue maladie à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) pour un RAA. Une maladie qui survient chez les jeunes enfants, âgés de 5 à 14 ans, après un contact avec un streptocoque du groupe A.

“Au départ, l’enfant peut avoir une infection ORL ou cutanée. Le plus souvent, il s’agit d’une angine mal soignée”, précise le ministre. La bactérie va alors provoquer une réponse inflammatoire généralisée aiguë qui va atteindre plusieurs organes spécifiques : les articulations, le cerveau, la peau et le cœur.

Dans sa forme classique, la maladie se caractérise par une fièvre associée à de fortes douleurs et à un gonflement des articulations. Si cet épisode ne laisse généralement aucune séquelle au niveau des articulations, du cerveau et de la peau, dans près de deux cas sur trois, des lésions cardiaques vont persister. Si les patients ne sont ni dépistés, ni traités, ces lésions peuvent provoquer de lourdes séquelles et conduire le malade jusqu’à la chirurgie cardiaque.

Un RAA non traité peut avoir une issue tragique et entraîner la mort. D’ailleurs, le RAA et ses complications cardiaques représentent un problème de santé publique majeur dans le monde avec 305 000 décès comptabilisés en 2015 et 30 millions de personnes atteintes d’une cardiopathie rhumatismale.

En Polynésie, 243 nouveaux cas de RAA ont été déclarés en 2016, et 200 en 2017. Si les chiffres de 2018 ne sont pas encore disponibles, la direction de la santé a souhaité réagir en relançant son programme de lutte contre la maladie.

 

Jen.R.

 

dépistage RAA

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete