Dernière ligne droite pour les candidates à Miss Dragon

    lundi 22 mai 2017

    miss dragon 2017

    La Miss Dragon 2017 est parmi elles, oui mais laquelle ? Réponse samedi. (© Christophe Cozette)


    Les six candidates à Miss Dragon ont passé leur grand oral, samedi dernier. Prolixes ou stressées, elles ont tenté de convaincre un jury de charme et de choc. La 48e Miss Dragon sera couronnée samedi soir, à Papeete.

    Les six candidates à Miss Dragon, âgées de 18 à 25 ans, ont passé leur grand oral, samedi dernier, durant toute la matinée, étape incontournable avant le grand soir, prévu samedi, dans les jardins de la mairie de Papeete, comme à l’accoutumée.

    La prochaine heureuse élue sera la 48e du nom et la reine de beauté de la communauté chinoise tentera sans doute sa chance, l’année prochaine, à Miss Chinese International, une élection à laquelle n’a plus participé la Polynésie depuis 2010.

    Si l’ambiance, samedi dernier, se voulait plutôt détendue, l’appréhension était visible chez certaines, avant leur grand passage devant un jury composé de pas moins de neuf personnes et présidé par Teva Rohfritsch, vice-président du Pays.

    Il était notamment entouré des Miss Dragon 2016 et 2011, de Marcel Tuihani, président de l’assemblée, et de Vaea Ferrand, Miss Tahiti 2016. Mettre en valeur sa personne et sa communauté face à un tel parterre est loin d’être un exercice facile.

     

    “Plus de critères sur la culture et la langue”

     

    Après un défilé ensemble face au jury, chaque candidate a joué le jeu des questions-réponses. “Qu’est-ce que le Kasan” et “expliquez-nous pourquoi ces héros préférés” étaient quelques-unes des questions posées par les uns et les autres, la plupart inspirées des CV des candidates à disposition des membres du jury.

    “Pour Miss Dragon, il y a beaucoup plus de critères sur la culture et la langue”, reconnaît la toujours plus belle vahine de Polynésie, Vaea Ferrand, à un mois de la fin de son règne de Miss Tahiti, qu’elle n’a pas manqué de commenter (lire ci-dessous). Vaea Ferrand n’a pas manqué de féliciter les candidates sur leur connaissance de la culture chinoise.

    Là aussi, trouver des candidates empreintes de leurs racines asiatiques n’était pas un exercice facile, comme l’a rappelé le représentant à l’assemblée, Charles Fong Loi, membre du comité organisateur de Miss Dragon.

    “De plus en plus, nous aurons à faire face à cette mixité. Nous n’aurons bientôt plus de pures Chinoises. Ce qui est bien, dans la mesure, où c’est dans la diversité qu’on trouve une certaine richesse”, a expliqué ce membre actif de la communauté chinoise (lire ci-contre).

    “Mais nous ferons toujours en sorte que, derrière Miss Dragon, la culture chinoise reste”, a poursuivi celui qui met la main à la pâte pour que Miss Dragon participe à nouveau au très réputé concours de Miss Chinese International, ce que n’a pas fait la Polynésie depuis 2010 avec Connie Chung, Miss Dragon 2009 et grande sœur de Linda Chung, candidate n°6 cette année.

    Mais “Miss Chinese, c’est trois mois de boulot sur place”, comme l’a confié l’élu, ce qui décourage parfois les jeunes femmes.

    L’oral compte à hauteur de 40 % dans le décompte final, la soirée même comptabilisant les 60 % restants, toujours sans vote du public.

    La semaine prochaine, le jury sera le même. Les six candidates auront trois passages obligés : tenue chinoise, maillot de bain et libre sur le thème retenu, à savoir les années 1980.

    Défi pour certaines, passage obligé pour d’autres, l’aventure reste enchanteresse pour les candidates à Miss Dragon, qui ne manqueront pas de mettre le feu sur scène pour honorer leur ambition de dragon, poussant le public à l’hystérie collective, plus particulièrement chez les hommes, année du coq oblige. 

    Christophe Cozette

     

    Les candidates

     

    1 – Élodie Vota-Garrigues

    Élodie Vota-Garrigues

    (© Christophe Cozette)

    Élodie Vota-Garrigues 1

    (© Christophe Cozette)

    Prénom chinois : Kim-Line

    Âge : 19 ans

    Taille : 1,73 m

    Signes : Verseau/Buffle

    Profession/études : étudiante en première année commune aux études de santé. Souhaite devenir dentiste.

    Événement(s) marquant(s) : la cruauté animale, envers les cétacés notamment, et la sortie du dessin animé Vaiana.

    Dessert préféré : le pavlova.

    Phobie : les cafards.

     

     

    2 – Manutea Rambaud

    Manutea Rambaud

    © Christophe Cozette

    Manutea Rambaud1

    © Christophe Cozette

    Prénom chinois : Kim-Phoon

    Âge : 21 ans

    Taille : 1,67 m

    Signes : Vierge/Cochon

    Profession/études : étudiante en 2e année de lettres et arts. Souhaite devenir photographe professionnelle.

    Événement(s) marquant(s) : la venue d’Obama en Polynésie, mais chaque jour est un événement !

    Dessert préféré : le bavarois aux framboises.

    Phobie : aucune.

     

     

    3 – Nathalie Mansec

    Nathalie Mansec

    © Christophe Cozette

    Nathalie Mansec1

    © Christophe Cozette

    Prénom chinois : Li-Youne

    Âge : 25 ans

    Taille : 1,66 m

    Signes : Cancer/Singe

    Profession/études : chef d’entreprise mais aussi Miss Bikini Polynésie et Miss Bikini South Pacific 2016.

    Événement(s) marquant(s) : la sortie du film Vaiana et les deux compétitions de bikini qu’elle a remportées fin 2016.

    Dessert préféré : gaufres et crêpes de son père.

    Phobie : se retrouver coincée dans un ascenseur.

     

     

    4 – Vaiana Law

    Vaiana Law

    © Christophe Cozette

    Vaiana Law1

    © Christophe Cozette

    Prénom chinois : Mei-Li

    Âge : 21 ans

    Taille : 1,66 m

    Signes : Bélier/Rat

    Profession/études : étudiante en 3e année d’économie gestion. Souhaite intégrer les métiers de l’enseignement.

    Événement(s) marquant(s) : les inondations, l’élection présidentielle et le décès d’un ami d’enfance.

    Dessert préféré : le palais royal.

    Phobie : les lézards.

     

     

    5 – Hipolani Sing

    Hipolani Sing

    © Christophe Cozette

    Hipolani Sing1

    © Christophe Cozette

    Prénom chinois : Yun-Li

    Âge : 18 ans

    Taille : 1,76 m

    Signes : Sagittaire/Tigre

    Profession/études : élève en terminale littéraire. Souhaite devenir hôtesse de l’air.

    Événement(s) marquant(s) : les attentats, le phénomène Donald Trump et la crise des migrants, ainsi que le mariage de ses parents, le décès de son grand-père et la naissance de se petite sœur.

    Dessert préféré : la tarte à la fraise.

    Phobie : aucune.

     

     

    6 – Linda Chung

    Linda Chung

    © Christophe Cozette

    Linda Chung1

    © Christophe Cozette

    Prénom chinois : Zhong Zi Tian

    Âge : 25 ans

    Taille : 1,69 m

    Signes : Cancer/Chèvre

    Profession/études : gérante commerciale mais aussi qualifiée dans le top 30 des 2 000 candidates à Miss Hong Kong 2016.

    Événement(s) marquant(s) : vivre dans le pays d’origine de ses parents et étudier dans différents pays (Canada, Chine et Nouvelle-Zélande).

    Dessert préféré : le tiramisu.

    Phobie : l’acrophobie.

     

    miss dragon 2017

     

    Vaea Ferrand, Miss Tahiti et membre du jury de Miss Dragon : “Avant tout, c’est une élection de beauté”

    vaea ferrand

    (© Christophe Cozette)

    Faut-il les mêmes qualités à Miss Dragon qu’à Miss Tahiti ?

    Oui car avant tout, c’est une élection de beauté. Mais pour Miss Dragon, il y a beaucoup plus de critères sur la culture et la langue. Leurs fiches sont beaucoup plus détaillées mais cela reste une élection de beauté.

     

    L’oral, c’est là où le jury jauge l’aisance des candidates ?

    Oui, c’est une étape importante. Il faut savoir si elles sont prêtes, quelles sont leurs ambitions, c’est là aussi qu’on peut leur donner quelques conseils. C’est une grande étape, même s’il n’y a pas de questions pièges. On essaye simplement de les connaître un peu plus, notamment dans leurs vies de tous les jours.

     

    Être membre du jury, cela change ?

    Pour moi, c’est une première de participer à l’élection de Miss Dragon. C’est la deuxième ou troisième fois que Miss Tahiti est dans le jury, je suis honorée. J’en apprends un peu plus sur la culture chinoise, grâce à elles notamment.

     

    Justement, c’est votre dernier mois de règne, comment cela se passe-t-il ?

    Je suis assez demandée à droite à gauche, j’encadre les candidates. J’ai hâte de revivre l’élection, le gala. Je n’ai pas de favorite et, de toute façon, la miss actuelle ne peut pas participer au jury ou aux annotations. Je suis là pour les conseiller car j’ai vécu cette aventure.

     

    Et pour votre avenir personnel ?

    J’ai postulé un peu partout, c’est assez difficile car mes études sont consacrées aux parfums et aux arômes, ce qui n’existe pas à Tahiti, mais j’ai eu un entretien positif vendredi. Je n’en dis pas plus.

     

     

    Charles Fong Loi, membre du comité organisateur de Miss Dragon : “Il se peut que notre Miss Dragon représente la Polynésie française au concours de Miss Chinese International”

    Vous avez toujours un peu de mal à recruter des candidates ?

    Comme tous les ans, pour Miss Dragon, nous avons ce gros souci à avoir des candidates qui ont tout de même un peu d’origine chinoise. Ce n’est pas facile, c’est le travail du comité qui cherche un peu chacun de son côté durant l’année pour avoir un minimum de six candidates. Nous les avons. Nous espérons, pour l’année prochaine, pour les 50 ans de l’AS Dragon, en avoir plus afin d’immortaliser cet événement. En effet, il se peut que notre Miss Dragon, en 2018, représente la Polynésie française au concours de Miss Chinese International, ce qui n’a pas été fait depuis 2010 avec Connie Chung.

     

    L’engouement est-il le même que pour Miss Tahiti ?

    Non, non, il faut comparer ce qui est comparable. Miss Tahiti est l’événement majeur, Miss Dragon est un événement moindre. Miss Tahiti, c’est toute la Polynésie. Les Miss Dragon ne viennent que de Tahiti, Moorea ou Raiatea, là où la communauté chinoise est implantée fortement. Hormis le Nouvel an chinois, Miss Dragon est là pour chaque bateau chinois. Nous sommes en contact permanent avec le consul de Chine. Elle a tout autant de responsabilités, en plus de porter aussi la culture polynésienne.

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete