Des parlementaires de différents pays lancent un « réseau » de lobbying pour l’abolition de la prostitution

    jeudi 13 novembre 2014

    Des parlementaires de plusieurs pays ont lancé jeudi à Paris un « réseau international » de lobbying visant à « sensibiliser et éclairer les opinions publiques et les gouvernements » sur la prostitution afin d’aboutir à son abolition.  « Nous, parlementaires de différents pays, créons un réseau international et appelons la mobilisation et l’implication de nos gouvernements, des instances régionales, internationales et notamment de l’ONU, pour l’abolition de la prostitution », affirment trois députés français, une sénatrice irlandaise, un député portugais, une député fédérale canadienne et un parlementaire du Royaume-Uni, dans leur appel, dit « du 13 novembre ».
    Ils s’engagent également à « alerter les opinions publiques des réalités du système prostitutionnel ».
    Ce mouvement a été lancé en marge d’un congrès organisé à Paris de la Coalition pour l’abolition de la prostitution (CAP international), fédération d’organisations.
    Il se donne pour mission de « sensibiliser et éclairer les opinions publiques et les gouvernements », « afin de faire vivre l’idéal abolitionniste et humaniste adopté par l’ONU en 1949 » et « permettre aux millions de personnes dans le monde qui en sont victimes, majoritairement des femmes, de sortir du système prostitutionnel ».
    Il s’adressera « dans un mois » au secrétaire général des Nations unies et à Vera Jourova, la nouvelle commissaire européenne chargée notamment des politiques « d’égalité » des genres.
    Dans leur appel, les parlementaires soulignent que « c’est par la loi qu’avancera l’abolition de la prostitution » qui, insistent-ils, « est une violence » touchant « en particulier les personnes les plus vulnérables », et « un obstacle à l’égalité entre les femmes et les hommes ».
    Ils affirment que « le seul modèle ayant fait ses preuves est le modèle abolitionniste, qui vise à réduire la prostitution et à permettre aux personnes prostituées d’en sortir ».
    En France une proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée nationale en décembre, prévoyant la pénalisation des clients de prostituées, le renforcement de la lutte contre le proxénétisme, une aide aux victimes et le développement d’alternatives à la prostitution, ainsi qu’une politique d’éducation et de prévention auprès des jeunes. Mais le Sénat n’a toujours pas mis le texte à son ordre du jour.
    Lors d’une conférence de presse mercredi, deux des signataires de l’appel, les députés socialistes Maud Olivier, à l’origine de la proposition de loi, et Catherine Coutelle, ont dit espérer un examen au Sénat début 2015.
     
    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete