Des soldats pour protéger les lieux de culte juifs et musulmans

lundi 12 janvier 2015

Les 717 écoles et lieux de culte juifs de France ont été protégés, dès ce lundi, par 4 700 policiers et gendarmes supplémentaires, et des soldats devaient être envoyés en renfort dans les 48 heures entre autres pour protéger les bâtiments musulmans, a-t-on appris auprès du ministère de l’Intérieur.
« En ce qui concerne les écoles et lieux de culte juifs, j’ai décidé d’une protection puissante et durable », a déclaré Bernard Cazeneuve, devant des parents d’élèves de l’école juive Yaguel Yaacov de Montrouge (Hauts-de-Seine).
Ces lieux, a-t-il poursuivi, « seront protégés dès aujourd’hui par 4 700 policiers et gendarmes » qui viennent s’ajouter aux effectifs déjà mobilisés.
En outre, « des moyens supplémentaires seront affectés de la part du ministère de la Défense et des militaires seront envoyés en renfort dans les 48 heures », a précisé le ministre. Ces renforts, au nombre de 10 000, concernent aussi les lieux de culte musulmans, a-t-on indiqué Place Beauvau en début de soirée.
Bernard Cazeneuve a en outre annoncé la nomination d’un préfet, Patrice Latron, pour coordonner la sécurité des sites confessionnels.
Ce haut fonctionnaire « sera bien sûr également chargé de surveiller les mosquées », a-t-on précisé dans l’entourage du ministre, après l’annonce que plus d’une cinquantaine d’actes antimusulmans ont été relevés en France (hors Paris et la petite couronne) depuis l’attentat jihadiste contre Charlie Hebdo mercredi. « Du jamais vu » selon l’Observatoire contre l’islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM).
Les effectifs seront déployés en fonction des priorités, et l’urgence actuelle, ce sont les lieux juifs, a-t-on fait valoir Place Beauvau.
L’école juive de Montrouge où s’est rendu Bernard Cazeneuve lundi matin est située à une centaine de mètres du lieu où une jeune policière municipale, Clarissa Jean-Philippe, a été tuée jeudi. L’attaque a été revendiquée par le jihadiste Amédy Coulibaly, tué vendredi lors de l’assaut contre un supermarché casher où il retenait des otages après avoir tué quatre hommes juifs.
« Elle nous a sauvés », ont témoigné des parents d’élèves, encore sous le choc, convaincus que l’école était visée.
Interrogé sur ce point, le ministre a répondu que l’enquête était en cours.
Dix-sept personnes et trois jihadistes ont trouvé la mort lors des attentats qui ont choqué la France et le monde, entre l’attaque contre Charlie Hebdo mercredi et la prise d’otages de vendredi.

Travail de fond
 
Le ministre s’est ensuite rendu à Sarcelles (Val-d’Oise), berceau d’une importante communauté séfarade, où il a rencontré le père de Yohan Cohen, une des quatre victimes. Il a visité la grande synagogue, une école juive et la place Sandler-et-Monsénégo, ainsi baptisée en hommage aux victimes de l’attentat commis à Toulouse en 2012.
Il a ensuite fait un crochet à la mosquée « Foi et Unité » de cette ville au nord de Paris, théâtre en juillet de violentes manifestations à caractère antisémite. 
Ici, « les communautés vivent non pas côte à côte mais les unes avec les autres », a-t-il affirmé, avant d’ajouter qu’à l’image de Sarcelles, « la République n’est pas une juxtaposition de communautés mais un ensemble de valeurs ». 
La tournée d' »inspection » de M. Cazeneuve s’est achevée par le quartier du Marais à Paris, où il s’est rendu dans une synagogue. 
« Il faut non seulement la sécurité mais aussi faire un travail de fond » pour que le « sursaut républicain » qui s’est produit dimanche ne soit pas sans lendemain, a encore dit le ministre. 
Dimanche, au moins 3,7 millions de personnes ont défilé en France lors d’une marche historique en hommage aux victimes des attentats.
« C’est toujours rassurant de voir la mobilisation complète de l’État » mais « c’est également angoissant de devoir entrer en protection permanente », a réagi Joël Mergui.
Les écoles juives et lieux de culte israélites font l’objet d’une protection régulière voire permanente en France. Ils ont déjà été pris pour cible lors d’attentats islamistes. En mars 2012, Mohamed Merah avait tué trois enfants et un enseignant dans une école juive de Toulouse.
Le plan Vigipirate reste maintenu à son plus haut niveau. Dans ce cadre, les sièges des médias, lieux de culte, bâtiments publics font l’objet d’une protection particulière.

AFP

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete