Des sourires énigmatiques de Mahina à Punaauia

    mardi 12 avril 2016

    L’opération A’ata-Smile for Peace a commencé samedi dernier sur la façade de la société Vini.  Elle a pour but de sensibiliser
    la population à la montée de la violence au fenua. Cette campagne d’affichage de portraits souriants se poursuivra pendant plusieurs mois.

    Si l’art veut inciter au questionnement, le défi est réussi. S’il veut transmettre une émotion, A’ata-Smile for Peace, y est parvenu. Mais si l’art veut faire passer un message, alors le millier de clichés noirs et blancs qui fleurissent sur les murs de Tahiti n’ont peut-être pas été assez clairs. “Je me demande ce que c’est, mais je ne vois pas”, s’interroge le jeune Enoha, le front plissé, sur son vélo avant d’affronter la côte du Tahara’a. “
    Aucune idée”, répond Alex, quand on l’interroge sur la présence de ces grands portraits accrochés au grillage du centre Te Vaiete à Vaininiore. “Je pense que parce qu’ici il y a un centre de jeunes et des SDF ici, c’est pour qu’ils aillent boxer plutôt qu’ils traînent dans la rue”, tente-t-il en voyant les modèles, en garde, les poings serrés.
    Dans le hall du service de l’emploi, de la formation et de l’insertion (Sefi), là aussi, une mosaïque de visages de tout âge et de toute origine accueille les chercheurs d’emploi. “C’est pour mieux représenter le Sefi”, s’interroge Monette.
    “Quand j’ai vu ça en arrivant, je me suis dit que c’était pour présenter le personnel qui travaille ici”, esquisse Stéphanie après avoir déposé son dossier de candidature. “C’est une manière de rappeler que la joie de vivre est une valeur polynésienne, au-delà de la violence que le pays a connue, ces dernières années. On a eu envie de défendre cette cause par l’image”, explique Marie-Hélène Villierme à l’origine de cette opération A’ata-Smile for Peace (souriez pour la paix) qui reprend le concept Inside Out, lancé un peu partout dans le monde par le photographe français JR afin de défendre de nobles causes (lire La Dépêche d’hier).
    Une mission contre la violence qui surprend les témoins des clichés lorsqu’on leur révèle l’objectif premier.
    “Pourquoi, ils mettent les poings alors ?”, s’interroge Alex, à Vaininiore qui salue toute de même l’initiative : “Mais c’est bien, on voit des gens souriants.” “C’est sûr, il y a une image positive”, s’aperçoit Stéphanie, au Sefi. “Mais il n’y a pas de message autre que les sourires donc c’est difficile de deviner que c’est pour la non-violence.”
    Sur son vélo, Enoha est étonné du message véhiculé, même s’il partage le constat de Marie-Hélène Villierme : “Il faut arrêter la violence. Mais je ne sais pas si ces photos vont changer quelque chose. Peut-être ?”  Monette, elle aussi, est sceptique sur l’efficacité de l’opération “Je ne crois pas que les gens seront moins violents avec ces photos. Ce qu’il faut changer, c’est le comportement et la mentalité des gens.”
    Nul doute, l’opération incite au questionnement. L’art a aussi par essence une visée esthétique, et là aussi, aucune ambiguïté, ces sourires remplacent à merveille les murs de béton et les grillages rouillés sur lesquels ils ont pris place.

    F.C.

    nul 2016-04-13 17:30:00
    Complètement décalé par rapport aux objectifs voulus.

    Par contre, un beau chèque pour le ou les entreprise(s) d'impression. Ah oui
    dadi 2016-04-13 03:08:00
    qu'il est dur d'avoir le sourire dans un pays qui sombre de jour en jour!!
    TEPA 2016-04-12 14:59:00
    Les SOURIRES DES ENFANTS c'est beaucoup mieux !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete