Deux ans de plus pour l’auteur de 29 cambriolages

    mercredi 30 novembre 2016

    tribunal

    L’archétype du désœuvrement de la jeunesse comparaissait à la barre du tribunal correctionnel hier. (© archives LDT)

     

     

    Hier, c’est l’archétype du désœuvrement de la jeunesse qui comparaissait à la barre du tribunal correctionnel de Papeete. Huit jeunes gens passaient ensemble à la barre pour répondre aux accusations sur 29 vols et le recel des objets volés sur une période de mai 2014 à mai 2015. Deux d’entre eux comparaissaient comme détenus dans une autre affaire.

    Tout est parti d’un aveu de la part d’un homme, incarcéré pour d’autres faits, qui, lors de ses auditions, a reconnu 29 vols. Un geste de bonne foi surtout destiné à rentrer dans les bonnes grâces des enquêteurs sur une précédente affaire d’ice l’ayant conduit derrière les barreaux.

    En voiture, il a conduit les gendarmes sur les lieux de chacun de ses vols, détaillant les moyens et avec qui il avait opéré.

    De fait, en remontant la chaîne, les enquêteurs ont remis la main sur neuf complices, allant du chauffeur au guetteur, en passant par les receleurs. À chaque fois, des cambriolages dans des maisons pour voler sacs à main, portefeuilles, liquide, cigarettes et bien sûr la panoplie d’ordinateurs portables, de tablettes et de téléphones portables.

    “S’il n’avait pas parlé de tout ça, on n’aurait jamais su qui était l’auteur de ces vols”, reconnaissait hier le président du tribunal.

    Le procédé était même assez élaboré. Le chef de bande se concentrait sur les maisons sans chiens, aux portails ouverts, et bien sûr en pleine nuit. Dans sa course aux vols, il a mouillé son ex-petite amie qui recelait les affaires et la sœur de celle-ci, qui aurait bénéficié d’un téléphone portable.

    Des amis plus ou moins proches lui servaient tantôt de receleur, tantôt de chauffeur, tous “des jeunes aux parcours difficiles”, expliquera Me Jourdainne pour la défense de l’un d’entre eux. La plupart dépassent à peine le brevet des collèges.

    Pendant un an, les vols se sont succédé, appâtés par l’argent facile. Hier, à la barre, les attitudes des uns et des autres allaient entre pleurs pour l’une d’entre eux à la désinvolture, voire même au “je-m’en-foutisme” face au tribunal.

    Le chef de bande, auteur des 29 cambriolages, héritera de deux ans de prison ferme supplémentaires. Son plus proche complice de quatre mois ferme. Les autres prévenus seront condamnés à des peines allant de six mois avec sursis à la simple amende de 50 000 F pour les deux receleuses les moins impliquées.

    L’indemnisation des victimes a bien entendu été demandée.

     

    Bertrand Prévost

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete