Deux ans de prison avec sursis pour le “chevalier blanc” des bars

    vendredi 29 juillet 2016

    prison

    Trois affaires étaient jugées en comparution immédiate hier. (Photo : Florent Collet)


    Il a explosé l’œil d’une personne venue s’interposer

     

    Les amis de M.A. du quartier Paraita, agités jusque-là sur les bancs du tribunal, n’ont soudain plus pipé mot. Le procureur a cité la devise d’un maître muay thai :

    “Vous ne serez jamais champion si vous ne savez pas mesurer la dangerosité de l’adversaire et si vous ne savez pas moduler votre force en fonction de sa dangerosité.”

    Féru d’arts martiaux, M.A. n’a pas su appliquer cette devise, ni même se conformer à la règle selon laquelle le combat se pratique sur un ring sous peine de se voir retirer sa licence.

    Il faut dire que ce soir de février, dans les bars qui bordent la mairie de Papeete, lui comme M.L.T. ont consommé de l’alcool à en perdre la raison, au point même de faire planer le doute quant à savoir à qui de M.A. ou de M.L.T. attribuer l’étiquette de prévenu et de victime.

    Les deux hommes ont en effet cru bien faire, le premier en venant calmer un ami impliqué dans une bagarre, l’autre en voulant s’interposer et calmer les esprits.

    Les nombreux shooters avalés n’ont pas aidé à la communication, ni à comprendre véritablement le déroulé des faits, mais ce serait la victime qui aurait d’abord tenté de frapper le prévenu, sans trop de succès.

    M.A. aurait refusé le combat jusqu’à un certain point, celui de non-retour. Après avoir renversé son adversaire sur le sol, il a ainsi asséné quatre coups de poing à M.L.T avec un résultat désastreux, l’éclatement du globe oculaire et de la rétine.

    Si bien qu’aujourd’hui, le jeune étudiant a de fortes chances d’avoir perdu définitivement 25 % de sa capacité de vision, alors que son opposant s’en est sorti sans la moindre égratignure.

    Fin du rêve d’intégrer la police pour la victime et possibilité de ne plus pouvoir réussir sa rédemption pour M.A., connu pendant longtemps du tribunal pour enfants, mais qui depuis plusieurs mois s’est racheté une conduite en intégrant le RSMA et une formation de plomberie électricité.

    Des efforts auxquels n’ont pas été insensibles les juges en accordant une peine lourde, de deux ans de prison, mais assortis d’un sursis avec une mise à l’épreuve de trois ans.

    Il est ainsi ressorti libre avec la possibilité de rembourser les frais importants à sa victime qui seront fixés au mois d’octobre lorsque les conséquences de sa blessure seront mieux connues.

     

    F.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete