Habillage fond de site

Deux ans ferme pour le dealer polytoxicomane

mercredi 10 avril 2019

G.M. (à droite), polytoxicomane, a écopé deux ans de prison ferme pour près d’un kilo de pakalolo mais aussi de l’ice et de la cocaïne, retrouvés chez lui. (Photp : Christophe Cozette)

G.M. (à droite), polytoxicomane, a écopé deux ans de prison ferme pour près d’un kilo de pakalolo mais aussi de l’ice et de la cocaïne, retrouvés chez lui. (Photp : Christophe Cozette)

S.A. et G.M. ne sont plus ensemble aujourd’hui. Mais hier, cet ancien couple a comparu devant le tribunal correctionnel, G.M. menotté puisqu’en détention dans une autre affaire, et son ex-compagne, libre.

Fine, aux longs cheveux et portant des lunettes, S.A., née en 1988, est infirmière diplômée d’État, mais le 1er juillet 2017, on découvre dans sa voiture, lors d’un banal contrôle routier, du cannabis dans son coffre mais aussi une “bubble” (pipe à ice) dans son sac à main.

Lors de la perquisition qui suit, dans la foulée, on découvre 75 plants de pakalolo dans une chambre, des sachets d’ice et de paka mais aussi de la cocaïne et de l’éphédrine (alcaloïde employé pour décongestionner les narines, dilater les pupilles ou les bronches, utilisé pour fabriquer de l’ice également), dans le réfrigérateur et un coffre-fort. Un mot traîne dans le salon, “je suis parti livrer Thomas et ses clients”.

S.A. reconnaît ne fumer “qu’une pipette de paka, le soir” et à quelques occasions de l’ice, ce qu’elle n’avait jamais fait avant de rencontrer l’homme dans le box. Mais c’est lors de la perquisition qu’elle découvre que son compagnon, G.M., tout de noir vêtu et tatouages dans le cou, détient de la cocaïne et de l’ice, qu’il dit échanger contre le paka qu’il plante et dont il avoue consommer une boîte par jour.

Séparés depuis, le couple ne se fréquente plus, d’autant plus qu’ils sont impliqués tous les deux dans une autre histoire de stupéfiants. “J’ai entre cinq et huit clients à qui je vends du paka, cela me sert pour ma consommation d’ice”, reconnaît G.M., qualifié de polytoxicomane par le président du tribunal.

Le casier judiciaire de ce dernier est lourd, avec 13 condamnations depuis 1999, pour vol, recel et stupéfiants dont la dernière, pour 103 g d’ice dans l’affaire dite de la “vahine connection”, pour lequel il purge une peine. S.A., quant à elle, a un casier vierge et dit ne plus consommer et ne plus avoir de mauvaises fréquentations.

“C’était ouvert H24 avec livraison à domicile”, a commenté la procureure au sujet du trafic de G.M., tout en lui laissant un “arrière-goût amer désagréable” sur la consommation de S.A., à la vue de son métier. Le parquet a requis 50 000 F d’amende pour cette dernière et deux ans ferme pour son ex-petit ami. G.M. n’a pas souhaité se faire défendre par un avocat, contrairement à son ex-compagne. Le conseil de cette dernière a parlé “de syndrome de l’infirmière” au sujet de cette relation, “avec un toxicomane, un homme à la rue à l’âge de 15 ans”, avant de demander la clémence du tribunal, visiblement satisfait des réquisitions de la procureure, à l’encontre de sa cliente.

S.A. écopera d’un mois de prison avec sursis et 120 000 F d’amende tandis que son ex, G.M., a pris deux ans de prison ferme supplémentaires.

 

Compte-rendu d’audience, Christophe Cozette

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete