Deux nouveaux groupes froids installés sur le toit de l’hôpital

    lundi 31 août 2015

    Deux groupes froids ont été déposés, samedi dernier, sur le toit du centre hospitalier. Le prix des deux groupes froids s’élève à 160 millions de francs. Ils devraient permettre une économie de 60 millions sur la facture annuelle d’électricité.

    Les équipes de Techno Froid et de Cegelec ont procédé samedi dernier, dans la matinée, à la mise en place de deux groupes froid en remplacement de ceux hors service. Cette opération longue et minutieuse a ainsi permis à l’hôpital de retrouver toute sa capacité à produire le froid nécessaire à sa climatisation, mais aussi de préserver le taux d’hydrométrie des salles ISO ainsi que la préservation de la boucle d’eau froide pour éviter le développement de légionelles.
    Hormis cet aspect pratique et médical, le remplacement des deux groupes permettra aussi au centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) de réaliser de substantielles économies, comme le confirme James Cowan, directeur par intérim du CHPF.
    “Il convient également de prendre en compte les économies qui seront ainsi réalisées avec le remplacement des deux groupes défectueux. Il s’agit en effet d’une économie d’environ 60 millions par an, soit l’équivalent d’un mois d’électricité, qui sera amorti sur trois années compte tenu du prix d’achat de ces groupes qui avoisine les 160 millions de francs. C’est donc une excellente nouvelle pour les finances du CHPF.”

    Sous l’œil attentif du ministre de la Santé

    Si le remplacement des groupes défectueux intervient quelques années après la mise en service de l’hôpital, c’est pour une raison très simple, selon James Cowan.
    “Les groupes qui sont tombés en panne avaient une isolation défectueuse, ce qui a entraîné une surcharge thermique importante qui a eu pour conséquence leur arrêt prématuré. En plus de cela, ils n’avaient pas les performances qu’ils étaient supposés avoir. Lorsque tout se passe bien, ces groupes doivent être remplacés tous les 20 ou 30 ans, et non pas au bout de cinq années.”
    C’est pourquoi il existe un contentieux avec la société qui a posé les anciens groupes, dont les performances n’étaient pas celles prévues dans le cahier des charges. Le ministre de la Santé, Patrick Howell, s’est déplacé samedi dernier, au matin, au CHPF, pour vérifier que les opérations de grutage et de remplacement des deux groupes froid défectueux se déroulaient sans problème.
    Selon lui, ce remplacement a également des répercussions sur les finances de l’hôpital.
    “Il s’agit d’une opération de grutage particulièrement impressionnante puisque les équipes ont posé sur le toit de l’hôpital ces groupes au centimètre près alors que le plus gros d’entre eux pesait près de 12 tonnes.”

    Pascal Martin

    Nomination du nouveau directeur du CHPF : il est urgent d’attendre

    Quant au nom du futur directeur du CHPF, le ministre se veut prudent : “En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas pressés. Nous avons traversé une période un peu difficile que nous avons dû gérer, et aujourd’hui, l’équipe directionnelle qui est en place travaille en collégialité, nous sommes dans une phase d’apaisement.”
    Concernant l’attractivité du poste de directeur du CHPF, malgré l’éviction de son ancien directeur dû à une “perte de confiance” du ministre, celui-ci se veut très rassurant : “En ce qui concerne le poste de directeur, il y a énormément de candidats qui se sont fait connaître. Apparemment, le CHPF dégage une attractivité extraordinaire sur tous les Dom-Tom et même en métropole. Nous allons donc prendre notre temps pour prendre cette décision que je qualifie de politique par le fait que les ressources actuelles nous permettent de maîtriser sans problème la direction du CHPF. Lorsque nous estimerons utile de nous pencher sur ce problème, nous le ferons, mais il n’y a pas d’urgence.”
    Quant à son éventuel départ, Patrick Howell se veut très philosophe : “Je ne suis pas accroché à quoi que ce soit. Dans le secteur de la santé, j’ai occupé beaucoup de postes et je pense avoir fait mes preuves. En ce qui concerne ses rumeurs, il y en a peut-être certains qui souhaitent mon départ rapidement, mais cette décision dépend uniquement du président du gouvernement. Si celui-ci me dit que je dois partir, cela ne me pose aucun problème.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete