Habillage fond de site

Deux nouvelles aires marines éducatives, gérées par des enfants handicapés

mercredi 5 juillet 2017

aires marines handicapés

Les enfants du centre Te Ana Hau de Pirae sont devenus hier, officiellement, gestionnaires de l’aire marine éducative qu’ils ont créée au Tombeau du Roi, à Arue. (© Photo : Marie Guitton)


Deux nouvelles aires marines éducatives ont été labellisées hier, à Tahiti. Leurs gestionnaires sont, cette fois, des enfants atteints de déficience mentale. La preuve, s’il en faut, que le dispositif inventé à Tahuata, aux Marquises, par les élèves eux-mêmes, est un outil pédagogique adapté à tous les enfants.

Observation en masque et tuba, lectures et cours de sciences sur le milieu marin, acquisition de réflexes pour protéger l’environnement…
Pendant un an, une fois par semaine, une trentaine de jeunes porteurs de handicaps mentaux ont fait du Tombeau du Roi, à Arue, et du PK0, à Teahupo’o, leurs terrains privilégiés d’apprentissage.

Pris en charge dans les centres de l’Institut d’insertion médico-éducatif (IIME) de Pirae et Taravao, ils ont décroché hier la récompense de leurs efforts : le label “Aire marine éducative”, remis par la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE).
Une preuve, s’il en faut, que ce dispositif pédagogique inventé en 2012 par les élèves de Tahuata, aux Marquises, et en plein essor aujourd’hui (lire ci-contre), est efficace pour transmettre des connaissances à tous les enfants, sans distinction.

Le principe est simple : les mobiliser en les rendant “gestionnaires” de la baie située en face ou à proximité de leur école. Et profiter de cet environnement à ciel ouvert pour donner une résonance concrète à ce qu’ils apprennent à l’école.

 

Un lieu d’apprentissage scolaire

 

“L’idée, c’est que l’aire marine éducative devienne vraiment un lieu d’apprentissage scolaire, explique Marie Perrard, responsable du site Te Ana Hau de Pirae. Et ça présente vraiment un intérêt particulier pour les enfants atteints d’une déficience intellectuelle, puisqu’ils ont vraiment besoin de voir et de manipuler pour pouvoir théoriser derrière.”

À leur sortie de l’IIME, certains seront amenés à travailler, ou à réaliser certains actes de la vie de tous les jours en plus ou moins grande autonomie.
Leur apprentissage doit donc être le plus concret possible : “La lecture et l’écriture pour remplir des documents administratifs, le calcul pour aller payer au magasin, la biologie pour comprendre la reproduction, car ce sont parfois des papas et des mamans en devenir, et l’apprentissage de la protection de l’environnement, puisque ce sont des citoyens !”, résume la responsable.

Quoi de plus stimulant que d’apprendre tout cela au bord de l’eau, avec les poissons, le sable et les coquillages comme sujets d’étude ?
Au Tombeau du Roi, les participants volontaires, âgés de 10 à 14 ans, ont aussi étudié la morphologie des lieux pour des cours de géométrie, découvert l’histoire du monument, appris à se repérer grâce à une course d’orientation, et ramassé des déchets sur la plage. Un succès.

“Maintenant, il va falloir le pérenniser”, glisse Marie Perrard. L’an prochain, un nouvel axe sera développé : la communication avec les autres établissements scolaires.

“Les enfants devront présenter leur projet à d’autres écoliers, explique la responsable. Et on espère aussi leur faire rencontrer les professionnels de la mer, les pêcheurs ou les sportifs par exemple.”

 

M.G.

 

Capture d’écran 2017-07-05 à 09.18.36

Orianne Obrize
95
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete