Deuxième concours de robotique intercollèges : Papara grand vainqueur

vendredi 22 mai 2015

Les collèges de Taaone, Paea et Papara étaient réunis hier, à la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE) à Pirae pour un concours de robotique. Après avoir développé leur machine automatique durant toute l’année, c’était l’heure de les confronter. Sur les quatre épreuves, c’est le collège de Papara qui s’empare des quatre premières places.

Ambiance survoltée sous le toit de la salle omnisports de la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE). De loin, on ne voit pourtant que des spectateurs qui crient et encouragent des compétiteurs entourant ce qui ressemble à une arène.
Si le public n’était pas majoritairement composé de collégiens, tout porterait à croire qu’il s’agit là d’un combat de coqs clandestin. S’il s’agit bien d’un affrontement, aucun animal n’est ici maltraité. Face à face, Mammouth de Paea affronte Hirobot de Papara. Ces deux créatures toutes de métal et de plastique constituées, dont les yeux sont des capteurs infrarouges, semblent se regarder, se contournent quand l’un des deux fonce finalement vers son adversaire et tente de le pousser en dehors du ring.
Malgré sa résistance et son poids plus imposant, le robot de Paea cède. Les élèves de Papara exultent. Leurs deux robots sont en finale, et c’est finalement le rose, celui de Catherine et Cynthia (voir encadré) qui remporte l’épreuve reine, celle du combat de sumo.
Réputé plutôt difficile, le collège de Papara n’a, en tout cas, pas fait de détail, en s’adjugeant les quatre premières places parmi les 46 robots engagés.

La genèse du concours

Pour Jérome Maumet, leur professeur de technologie, c’est l’esprit d’équipe et la complémentarité qui peuvent expliquer ce succès.
“Chaque élève a sa place. Certains, qui avaient plus de mal avec la programmation, étaient plutôt motivés par tout ce qui touchait à la fabrication, pour d’autres, c’est l’inverse.”
C’est l’une des vertus de ce concours mis sur pied par ce professeur et son collègue de Paea, Alain Grimault.
“Le programme de technologie permet de développer un projet, du départ jusqu’à la fin, de l’idée jusqu’à sa réalisation. Nous nous sommes dit que ce serait bien de faire un concours. Cela stimule la créativité et le désir des élèves et d’aller jusqu’au bout”, explique-t-il. “Ils ont des idées parfois où je suis obligé de les limiter parce qu’ils cherchent à aller vraiment loin, bien au-delà de ce que l’on peut apprendre au collège.”
À en juger par l’implication et la concentration des élèves, le pari est réussi. Il suffit de voir l’excitation des élèves lors de l’épreuve de la bougie que la machine parvient à éteindre, le stress dans le défi du labyrinthe lorsque le robot semble avoir perdu son chemin, où la satisfaction de voir leur automate s’emparer d’une cannette pour l’amener jusqu’à la poubelle.
Des épreuves prises très au sérieux, à l’image de cet élève de Paea, visiblement doué pour la programmation.
Moteur puissant, poids poussé au maximum, il n’a conçu son robot que pour l’épreuve de sumo : “Le problème, c’est que cette épreuve va sûrement être remportée par le collège le plus riche. Ils ont une imprimante 3D.” Son pronostic sera le bon, Mammouth sera défait par Hirobot et ses plaques sculptées par une imprimante 3D. Mais si Papara a pu l’obtenir, c’est que, là aussi, le collège s’est mobilisé pour vendre du pain au chocolat. Paea et Taaone n’ont pas dit leur dernier mot. Ils promettent de revenir avec des projets à la pointe.

Florent Collet

Voir ici notre diaporama

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete