Habillage fond de site

Pas d’opposition à la réélection de Stéphane Chin Loy à la CCISM

mardi 15 mai 2018

01Stéphane Chin Loy sera élu le 17 mai président de la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM). Pas besoin d’une boule de cristal. L’élection est jouée d’avance. Et pour cause, il n’y a pas d’opposition. Jeudi, les 19 073 patentés n’auront le choix que d’une seule liste, celle des “entreprises réunies”.

Tout cela va manquer de piment. On avait eu l’habitude d’assister à de terribles campagnes et des bras de fer mémorables. Les plus anciens se souviennent du duel Jules Changues contre Gérard Afo. Plus récemment, le crêpage de chignon entre Stéphane Chin Loy et Gilles Yau avait fait couler beaucoup d’encre. En 2013, il y avait d’ailleurs eu trois listes en course.

Les ressortissants devront donc faire avec cette liste commune proposée par les consorts Wong, Gissaud, Buchin et Chin Loy. Pour le directeur de la CCISM, André Bihannic, cette élection devrait bien se dérouler : “Il n’y a qu’une seule liste, celle de Stéphane Chin Loy. Cette liste se présente pour un mandat de cinq ans. Il n’y a pas eu d’autres listes déposées.”

Pour la direction de la CCISM, cette élection reste importante, car le rôle des élus est fondamental : “La chambre de commerce a trois grandes missions. La première est de représenter les intérêts des entreprises. La deuxième mission est de former pour accompagner les chefs d’entreprise à se développer et faire émerger de nouvelles compétences sur le territoire. Et la troisième mission est d’accompagner les entreprises dans toutes les étapes de la vie de l’entreprise.”

La politique proposée par les élus orientera aussi les projets à venir : “Les projets sont directement issus des orientations définies par les élus. Ce sont eux qui insufflent un cap, et ensuite, l’organisation et ses services de la CCISM suivent ce cap et essaient de mettre en place des actions allant dans le sens de la vision des élus. Et l’un des gros enjeux de notre époque est la digitalisation. C’est comment aider les entrepreneurs à se digitaliser et utiliser les outils pour se développer ou gagner en productivité.”

En attendant le programme de la nouvelle équipe pour les cinq ans à venir, il faut déjà être élu. Si Stéphane Chin Loy est donc certain de l’emporter jeudi, et donc de rafler les 36 sièges dans les collèges du commerce, de l’industrie, des services et celui des métiers. La seule incertitude, c’est le taux de participation. En 2013, il n’avait pas dépassé 14 %, alors qu’il y avait de l’opposition. Avec une seule liste en course, les patentés risquent de bouder sérieusement cette élection.

J.-L.M.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour vous, la rentrée scolaire est :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete