Doudou, le “papa de la Saga”

samedi 1 août 2015

À l’occasion de la 23e édition de la Saga, nous sommes allés à la rencontre de celles et ceux qui participent au succès de ce rendez-vous devenu incontournable à l’heure des vacances de juillet. Pour cette cinquième et dernière semaine, nous avons souhaité laisser la parole à Henri Cornette de Saint-Cyr, dit “Doudou”, dont la passion pour la voile et la générosité à toute épreuve l’ont poussé à créer la Saga et à faire perdurer l’événement.

Henri Cornette de Saint-Cyr, fondateur de la Saga et directeur de l’école de voile de Arue, est plus connu par le grand public sous le nom de “Doudou”. “Je suis originaire d’une vieille famille béké de la Martinique. “Doudou”, en martiniquais, ça veut dire “chéri” et j’étais le petit dernier de la famille. Ce surnom m’a toujours collé à la peau. Finalement, je me reconnais beaucoup plus en Doudou qu’en Henri”, explique-t-il avant de revenir sur ses débuts dans la vie active.

D’abord assureur à Bordeaux, Doudou a découvert Tahiti à l’occasion de son service militaire, en 1969. “Très vite, on m’a détaché à Mataiea où il y avait un club de voile. Puisque j’étais déjà moniteur, on m’a proposé de gérer ce club. Je l’ai fait avec beaucoup de plaisir et j’ai découvert la Polynésie sous un autre angle. On était loin des feux de la ville et vraiment en contact avec la population”, se souvient-il.

Passionné de navigation, Doudou finit par la suite par accepter un poste à l’école de voile de Arue, qu’il pensait provisoire. “Je ne me voyais pas moniteur de voile toute ma vie”, précise-t-il. “Mais la vie s’est chargée de me faire comprendre que le plus important, c’était d’abord les enfants, très nombreux autour de moi. Ma petite révolte intérieure a fait que je me suis davantage intéressé à eux, ce qui a beaucoup influencé l’école de voile. C’est comme ça, au fil des ans, que la Saga est née.”

 

Les premiers pas : le tour de Moorea

 

Au début des années 1990, Doudou et son équipe ont imaginé un tour de Moorea par le lagon, pendant une semaine, réunissant les enfants qui n’avaient pas été sélectionnés pour participer aux régates, en procédant chaque jour à une nouvelle étape.

Il s’agissait déjà de prendre le matériel en camion. C’était épique parce qu’on n’avait aucun moyen ! On s’arrêtait dans les hôtels où, pour se faire offrir un goûter, on organisait une petite régate ou des ballets nautiques dans les piscines. Les enfants avaient ensuite pour mission d’aborder la plage et de prendre les Américaines, qui bronzaient, sur leur bateau pour leur faire faire un petit tour. Ҫa les faisait hurler de rire et ça mettait une bonne ambiance”, se souvient Doudou, amusé.

En 1993, poussé par les enfants et porté par un profond désir d’aventure, Doudou et son équipe mettent le cap sur Rangiroa, avec le soutien d’un ami, ex-moniteur de voile, qui lui suggère alors de placer les enfants en famille d’accueil.

Sans le savoir, on a créé ce concept et on est partis à l’aventure. Les enfants de Rangiroa, qui nous ont vu arriver sur nos bateaux, ont fait des pieds et des mains pour naviguer. Face à ce succès, on s’est rendu compte qu’on pouvait faire quelque chose de beaucoup mieux structuré, et, l’année suivante, on est repartis à l’aventure avec une petite expérience et une réflexion plus poussée”.

Dès la deuxième année, l’équipe de la Saga se tourne vers le service social et frappe à toutes les portes, à la recherche de parrains. “En 1994, on a accueilli, je m’en souviens très bien, 360 enfants sur quatre semaines”.

Au fil des ans, le périple de la Saga se poursuit, à Taha’a, la première île Sous-le-Vent, mais aussi à Tikehau, “où on a vécu des choses extraordinaires”, se remémore Doudou au sujet d’un naufrage nocturne évité de justesse. “Ce sont des souvenirs très forts et des moments inoubliables, ajoute-t-il.

 

Une aventure humaine… et financière

 

Cette année, à Puunui, qui constitue la troisième étape de la Saga à la Presqu’île, Doudou se félicite du degré d’implication des communes de Taiarapu-Est et Ouest. “On a vu des élus être convoyeurs dans les bus, faire du jardinage, préparer la fête, être familles d’accueil, être partout ! Quand je vois cette symbiose, je suis heureux. Et c’est pour ça qu’il faut dire merci aux enfants, parce qu’on a besoin d’eux pour grandir et que c’est à grâce à eux qu’on a créé ce lien. C’est une force. On est ancré dans l’amitié, même si ça paraît paradoxal pour quelqu’un qui fait de la voile et qui a toujours envie de lever l’ancre. On se rend compte que c’est parce qu’on est tous ensemble qu’on y arrive”, souligne Doudou, sans manquer de préciser les points forts du site, tels que son lagon, le plus grand de Tahiti, très abrité, malgré un vent d’ouest qui, le premier vendredi, aura poussé les bateaux naufragés à rentrer par la route sous escorte policière.

Au terme de cette 23e édition, 714 enfants auront goûté aux joies de la navigation, dont une centaine, originaires des îles.

Si sur le plan humain, le bilan 2015 est plus que positif, sur le plan financier, en revanche, l’équipe de la Saga peine à boucler un budget total estimé à 37 millions de francs. “Je lance un appel pour que tous ceux qui ont l’intention de nous aider le fassent vite !”, déclare Doudou, qui travaille actuellement à l’organisation d’une récolte de fonds par le biais d’un marathon Zumba.

Également confronté à des difficultés pour trouver du personnel médical, Doudou insiste sur le fait que l’aventure de la Saga est de plus en plus conditionnée par des questions d’ordre financier. “En 2007, on était à Maupiti. C’était une opération très coûteuse et une aventure extraordinaire. Mais plus ça avance, plus c’est difficile. On a de moins en moins de moyens et en même temps, il y a de plus en plus d’enfants dans le besoin. Il ne faut pas baisser les bras”.

C’est grâce à la détermination sans faille de Doudou, et au travail réalisé en commun avec l’ensemble des partenaires, que la Saga prend le large, chaque année depuis 23 ans, contre vents et marées, pour le plus grand plaisir des enfants.

 

A-C.B.

 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete