Habillage fond de site

Douze engagés vous interrogent sur l’eau et les déchets

mercredi 5 avril 2017

service civique

Hier matin, c’était au tour des résidents du quartier Mitirapa de recevoir la visite du binôme. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Fin janvier, La Dépêche de Tahiti vous présentait le programme de service civique mis en œuvre pour la première fois dans la commune de Taiarapu-Ouest. Sur les vingt-huit volontaires, douze se sont vu confier une mission de huit mois consacrée à l’environnement, entre sensibilisation et recensement. Hier matin, nous avons suivi un binôme particulièrement motivé, à la rencontre des administrés du quartier Mitirapa, à Toahotu.

Depuis début février, les vingt-huit volontaires en service civique à Taiarapu-Ouest prennent progressivement leurs marques, au fur et à mesure de leur entrée en fonction. Seize d’entre eux ont été mobilisés dans le domaine de l’éducation, pour soutenir les enseignants auprès des élèves en difficulté, mais aussi pour poursuivre le travail d’éveil à l’heure de la récréation. Pour les douze autres, la mission qui leur a été confiée est liée à l’environne-ment.

“Leur objectif, c’est d’aller à la rencontre des administrés, pour leur expliquer comment fonctionne le tri sélectif, mais aussi pour l’adressage, c’est-à-dire la numérotation des maisons. Grâce à un questionnaire, ils font un recensement ciblé sur l’eau et les déchets”, explique Noho Tsing, chargée des ressources humaines au sein de la commune et tutrice.

 

Plus de 3 000 maisons à visiter

 

Hier matin, Mahinui Mu, 20ans, et Rimahere Taumihau, 24 ans, tous deux originaires de Toahotu, étaient à la mairie, dès 7 h 30, pour récupérer le matériel nécessaire à une nouvelle journée de travail sur le terrain, avant de prendre la direction du quartier Mitirapa.

Après plusieurs maisons vides, les deux jeunes hommes, affublés d’un tee-shirt aux couleurs de la commune et d’un badge, ont rapidement abordé un premier riverain, qui a accepté de prendre quelques minutes pour répondre à leurs questions.

Le binôme sillonne les quartiers depuis le 1er mars. Après un peu plus d’un mois de pratique et 200 maisons visitées, la technique commence à être bien rodée, de la prise de contact au partage des tâches. “Souvent, les personnes âgées préfèrent parler en tahitien. Dans ce domaine, Rimahere est plus à l’aise que moi”, confie Mahinui Mu, qui se chargera alors du pointage GPS, permettant de géolocaliser le domicile.

Globalement, les jeunes engagés seraient bien accueillis, malgré les chiens errants et les contrariétés de certains propriétaires. Les plaintes et les suggestions font d’ailleurs partie intégrante du questionnaire, qui devrait permettre à la municipalité de mieux connaître ses administrés et leurs besoins.

En partenariat avec l’État et la Ligue de l’enseignement, cette mission indemnisée et entrecoupée de diverses formations, est programmée sur une durée de huit mois.

Avec un nombre de visites à effectuer estimé à un peu plus de 3 000 habitations, il y a encore fort à faire pour les équipes, qui prennent visiblement leur rôle très à cœur. 

 

A.-C.B.

 

Retrouvez l’intégralité de notre article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete