Eaux troubles sous contrôle à Papeno’o

    vendredi 4 novembre 2016

    barrage papenoo

    Un barrage a été installé provisoirement pour assécher le bassin. (© Jean-Luc Massinon)

     

    Depuis quelques jours, les riverains de la Papeno’o ont constaté que l’eau était légèrement trouble dans la rivière. On est loin de la couleur chocolat des périodes de crue ou à la suite d’un éboulement, mais la situation inquiète toujours les protecteurs de la vallée. Cette turbide est occasionnée par la dernière opération de curage de l’année qu’effectue Marama nui sur l’une de ses installations.

    La société d’hydroélectricité fait faire le grand ménage dans son bassin de la côte 85. Situé en basse vallée, celui-ci reçoit en définitif tous les matériaux charriés par l’eau sur l’ensemble du site de la Papeno’o. Les boues, sables, graviers et galets s’y accumulent à longueur d’année.

    Aussi, selon les variations de débits de la rivière, l’opération de curage est organisée tous les un ou deux ans. Car l’amoncellement réduit la capacité du bassin, mais surtout pourrait boucher les conduites vers la centrale hydroélectrique en aval.

     

     

    Qualité de l’eau sous contrôle

     

    Le bassin de 60 000 m3, où l’on peut parfois voir des canards sauvages, a donc été asséché. La belle cascade sur la rive droite ne perturbe pas trop les travaux, mais le cours de la rivière en amont a été dévié momentanément par un barrage de gravier.
    La Papeno’o traverse donc la route et poursuit son chemin sur un autre bras qui longe les falaises de la rive gauche. Le chantier doit être effectué le plus rapidement pour éviter d’avoir à faire face à une crue surprise.

    La saison des pluies étant un peu en retard, Marama nui et les entreprises qui procèdent au curage ont une dizaine de jours pour terminer l’opération. Une vingtaine de personnes, trois dragues et le double de camions travaillent sur le site. Les agents de Marama nui contrôlent en permanence la turbidité et pourraient même arrêter leur propre chantier si les mesures dépassaient les valeurs d’une crue (400 à 500 nephelometric turbidity unit – ntu).

    Le coût de l’opération s’élève à une quinzaine de millions de francs. Le curage des bassins est la première dépense de Marama nui avec 50 à 90 millions de francs par an.
    D’ici à mardi, le bassin devrait être rendu à la rivière, avec 10 à 15 000 m3 de résidus encombrants en moins. Et les canards pourront revenir sur leur plan d’eau.

     

    J.-L.M.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete