Eaux usées : la station d’épuration inaugurée

    vendredi 9 septembre 2016

    eaux

    Après dix ans de travaux, la capitale de la Polynésie française est officiellement dotée d’un service public d’assainissement des eaux usées. La station d’épuration de Fare Ute a été inaugurée hier. “Cela en valait la peine”, selon Michel Buillard, le tavana. (Photo : Marie Guitton)


    Dix ans de chantier pour ce nouveau service public

     

    Alors que les eaux usées de la zone pilote, construite dès 2006 entre le marché et l’hôtel de ville, y sont déjà traitées depuis quelques mois, la nouvelle station d’épuration de Papeete a été inaugurée hier après-midi, sur le remblai de la Papeava, à Fare Ute.

    Le haut-commissaire, le président de l’assemblée ou encore le vice-président du Pays ont répondu présents à l’invitation du maire de la capitale, Michel Buillard, pour officialiser “la plus importante opération de travaux publics jamais réalisée par la commune de Papeete” (lire encadré dans notre édition du jour).

    Dans sa configuration actuelle, la station d’assainissement, qui sera exploitée la première année par son constructeur Aqualter, pourra traiter jusqu’à 3 500 m3 d’eaux usées par jour, soit l’équivalent des effluents rejetés par 12 500 habitants.

    Pour l’heure toutefois, le réseau de collecte n’est posé qu’entre Fare Ute et le centre Vaima, en passant par La Mennais et le rond-point de la Marine.

    Dans les prochains jours, les centaines d’abonnés raccordables, situés dans cette zone, seront avertis par courrier de leur obligation de se relier à l’émissaire collectif.

    Ils auront deux ans pour réaliser à leurs frais ces travaux, estimés à plusieurs centaines de milliers de francs par copropriété en fonction, notamment, de la profondeur et de la longueur de la tranchée à creuser jusqu’à la fosse sceptique.

    Les factures liées à l’assainissement seront adressées aux usagers par la Polynésienne des eaux (pour le compte de Te Ora no Ananahi, l’exploitant du réseau d’assainissement collectif), en même temps que chaque facture d’eau potable.

    En milieu urbanisé, la consommation moyenne des appartements étant inférieure à 100 m3 d’eau par an, la plupart des usagers devraient payer environ 7 000 F par trimestre (lire La Dépêche de Tahiti du 1er septembre 2016 pour plus de détails pratiques).

     

    Élargissement progressif du réseau

     

    La cérémonie d’hier marque donc le point de départ de ce nouveau service public. Les eaux usées seront traitées de manière biologique, puis rejetées dans l’océan.

    Les boues, elles, seront séchées sous des serres, puis valorisées en engrais. Pour l’heure, la station tourne néanmoins à sous-régime, puisque seuls 40 % des réseaux prévus au lancement des travaux en 2008 (ils étaient censés arriver jusqu’à To’ata et Tipaerui) ont été posés.

    Les prévisions avaient alors été bien optimistes, tablant sur une mise en service de la station dès 2013, pour un montant total de l’opération estimé à 4,5 milliards de francs, en majorité financé par le contrat de projets et le fonds européen de développement.

    L’appel d’offres venant à peine d’être lancé, la mise en service du tronçon de canalisations allant de Vaima à Toa’ata ne devrait finalement avoir lieu qu’en 2020.

    Il restera alors encore à relier la dernière zone de Tipaerui, un chantier qui n’est toujours pas financé… Aujourd’hui, les responsables parlent donc de quatorze ans de travaux, pour un budget revu à 8,5 milliards de francs.

    Face à ces retards, jugés inévitables pour ce type d’aménagement de grande envergure, la société d’économie mixte locale Te Ora no Ananahi, au secours de laquelle ont récemment volé les élus de Papeete, ne devrait retrouver l’équilibre qu’à l’horizon 2022.

    À partir de là, les capacités de la station d’épuration pourraient encore évoluer jusqu’à traiter 14 000 m3 d’eau par jour, équivalant aux effluents de 50 000 usagers.

    De quoi intéresser les communes de Pirae et Arue, qui seraient actuellement en négociation avec la capitale pour s’y raccorder…

     

    Marie Guitton

     

        Retrouvez dans notre édition du jour :       

    • Plus de photos
    • Encadré : Discours, Michel Buillard, maire de Papeete

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete