Échappées Belles découvre le fenua

mercredi 12 novembre 2014

Échappées Belles diffusera le 24 janvier une émission spéciale fenua. Ce programme de France 5 fera la part belle à l’image véhiculée par le mythe. Mais fidèle à son habitude, Échappées Belles proposera aussi une série de portraits de personnalités qui illustreront la diversité de la culture polynésienne.

En début d’année prochaine, la Polynésie aura droit aux honneurs de la télé. Le 24 janvier, l’émission de voyages Échappées Belles, sur France 5, proposera une découverte du fenua à travers une série de rencontres de personnalités dénichées par la société Archipel Prod.
Échappées Belles, « ce n’est pas un ego trip », précise d’emblée le présentateur, Raphaël de Casabianca, qui préfère mettre la lumière sur ces rencontres qui font un pays, plutôt que de se mettre en scène.
Après la Chine et la Nouvelle-Calédonie, le voilà en Polynésie avant de partir à La Réunion, dans la vallée de la Maurienne et en Islande.
En se rendant pour la première fois à Tahiti, il va certes partager le côté paradisiaque de la destination, mais pas seulement. Il faut dire que le temps n’a pas beaucoup aidé. L’équipe s’est rendue à Rangiroa pour montrer les merveilles de la plongée sous-marine.
Ils voulaient partir à la pêche au mahi mahi. Sauf que le beau temps n’était pas vraiment au rendez-vous. « Les Tuamotu, normalement, c’est un peu carte postale. Mais là…On a pêché une bonite, histoire de dire qu’on a pêché un truc », raconte Tuhiva Lambert, preneur de son.
Plus que les paysages, Raphaël de Casabianca se souvient d’abord de ses rencontres. À Papenoo, avec Heifara, on a marché pieds nus dans le cratère. Il m’a raconté où étaient enterrés ses ancêtres. C’était un moment très fort. »
Dimanche dernier, il avait rendez-vous sur le marae Arahurahu, avec Nicolas Perez, à la tête de Polynesian planner, qui propose une initiation au patrimoine immatériel.

“T’as pas mal au dos ? »

À l’écran, cela ne durera que quelques instants, mais il aura fallu trois prises pour qu’il raconte, le temps d’une promenade sur une vingtaine de mètres en léger dénivelé, comment il a été « piqué au tiare ».
Le tout est de paraître naturel et d’oublier la caméra. « Euh, on monte comment? », demande Nicolas Perez. “Où ils vont ?”, s’interroge le réalisateur, Olivier Lecorre,  lorsque ses deux personnages sortent du champ. “Le concept, c’est de voir la caméra. » Tuhiva Lambert, caché sous un tumu uru, leur fait signe d’avancer. « Je vous coupe », lance le réalisateur. « C’était bien. Mais je manquais un peu de pêche au début », commente le présentateur.
Après une promenade dans la nature luxuriante, les deux hommes se dirigent vers le marae où ils sont attendus pour une démonstration de sports traditionnels.
Raphaël de Casabianca écarquille les yeux devant la vahine qui soulève sa pierre de 70 kilos avec facilité. Maoake lui explique que cette activité permettait de « mesurer sa force ».
Eriatara Ratia, dit « géant », champion dans la catégorie du lever de pierre extra-lourd, soulève sa pierre de 152 kilos en trois mouvements.
Facile. On croirait pourtant que la terre est sur le point de s’entrouvrir en entendant le bruit sourd qu’elle fait en retombant sur le gazon.
Le présentateur, moitié moins épais que le aito, joue le candide : « Question bête : mais, t’as pas mal au dos ? »
Puis, c’est à son tour de s’essayer au lever de pierre. Son visage pale devient rouge sous l’effort, il serre les dents… et réussit l’exploit. À tel point qu’il lui faudra recommencer à trois reprises pour varier les angles.
« J’aurai porté ma première pierre », s’enthousiasme-t-il, face caméra. Sans montage, mais avec trucage. La pierre était en polystyrène. K

Serge Massau

Lire aussi dans La Dépêche de Tahiti de mercredi 12 novembre l’interview de Raphaël de Casabianca, co-présentateur de l »émission Échappées Belles sur France 5

 

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete