Habillage fond de site

Économie – Les bons chiffres de l’OPT pour 2016

mercredi 13 décembre 2017

OPT

Malgré un résultat d’exploitation négatif, l’Office des postes et télécommunications affiche une santé financière qui lui permet de faire face aux investissements programmés, et aux éventuels versements de dividendes au budget du Pays. (© archives LDT)


Les comptes 2016 de l’Office des postes et télécommunications affichent un bénéfice de près de 3,7 milliards de francs. Ce qui a permis au Pays de ponctionner 2,5 milliards au titre des dividendes. Les réserves affectées aux investissements sont à plus de 41 milliards de francs.

Les comptes de l’OPT pour l’année 2016 seront examinés en début d’année prochaine par l’assemblée de la Polynésie française pour validation.

Arrêtés lors d’un conseil d’administration de l’OPT qui se tient habituellement en milieu d’année suivant l’exercice, ces comptes parviennent, au moins six mois plus tard, à Tarahoi.

Le rapport des commissaires aux comptes donne un aperçu de la santé financière de l’établissement.

 

L’Office des Postes et Télécommunications, mastodonte parmi les entreprises du Pays, montre pour l’année 2016 un résultat net de 3,691 milliards de francs, en progression de 179 % sur 2015, principalement grâce aux 2,784 milliards de dividendes de sa filiale Vini et à d’autres produits financiers, qui permettent de gommer un résultat d’exploitation négatif de – 225,3 millions de francs.

Cet excédent a été affecté, d’une part, au versement de 2,5 milliards de dividendes au Pays, et d’autre part, au versement  de 1,191 milliard aux réserves affectées aux investissements, qui s’élèvent à 41,686 milliards de francs.

Son fonds de roulement s’est alourdi de 417,4 millions en un an et totalise 15,405 milliards de francs.

 

Le chiffre d’affaires net 2016 de l’OPT est de 14,669 milliards, soit une baisse de 3,34 % par rapport à l’année précédente. C’est l’activité télécoms qui souffre le plus (-4,6 %), avec notamment une baisse de 18 % du chiffre d’affaires en services mobiles. L’activité postale se maintient (+1 %) à 1,792 milliard.

Les services financiers améliorent leur résultat de 10 % à 613 millions de francs, grâce à une progression de 22 % sur les commissions sur les comptes CCP.

En revanche, les revenus tirés de l’activité “mandats” dégringolent de 40 %.

Enfin, les activités annexes rapportent 361 millions de francs.

 

Les dettes s’élèvent à 22,04 milliards, dont 16,439 milliards de dettes financières. Ces dettes financières sont en baisse de 2,078 milliards ; elles sont principalement constituées des avoirs des titulaires de CCP et de dettes bancaires à hauteur de 2,068 Mds.

 

435 millions de francs ont été passés en créances douteuses : il s’agit de clients en litige ou de difficultés de recouvrement, dont 265 millions concernent les services financiers postaux, 114 millions les télécoms “fixe” et 46 millions Internet.

Quant aux créances irrécouvrables passées en pertes, elles s’élèvent à  1,159 milliard de francs.  

 

La masse salariale, charges sociales incluses, ne varie que de +0,09 % à 7,448 milliards pour 1 042 employés, contre 1 048 en 2015.

À noter que dans le rapport des comptes 2015 présenté aux élus, l’effectif était indiqué à 971 personnes, ce qui n’est pas une petite différence.

 

Au 31 décembre 2016, la trésorerie de l’OPT était de 25,049 milliards : 14,371 milliards en comptes CCP, parmi lesquels les dépôts des particuliers représentent 10,155 milliards de francs.

Sur ces avoirs des particuliers, 6,831 milliards sont soit placés sur des comptes à terme dans les trois grandes banques de la place, soit gagés et rémunérés au titre du découvert mis en place par la Socredo pour le financement de Honotua, soit déposés en garantie auprès de la Banque Postale.

Enfin, l’OPT compte10,678 milliards de fonds libres qui ne sont pas placés.

L’OPT est donc en bonne santé financière, même au regard des investissements auxquels il doit faire face, comme les câbles sous-marins Natitua et Manatua, la croissance du réseau de fibre optique ou la modernisation du réseau cuivré.

Malgré l’arrivée de la concurrence, qui a grignoté 15 % de parts de marché en téléphonie mobile (Vodafone) et à peine 20 % de parts de marché en Internet (Viti), les résultats du groupe sont bons.

Reste donc l’éternelle question, particulièrement pour un établissement public, de la répercussion au consommateur en termes de service et de tarifs. 

C.P.

 

OPT 2016

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete