Économie – Nouveau rapport de la chambre territoriale des comptes

    mercredi 18 mai 2016

    La chambre territoriale des comptes vient de rendre un rapport sur la gestion de la commune de Hikueru, aux Tuamotu. Elle souligne de graves carences. Elle dénonce également le fait que certains choix du maire “privilégient les membres de deux familles”.

    Hikueru n’est pas une grande commune de Polynésie française. Ce n’est pas tous les jours que l’on se penche sur ce qui se passe dans les cinq atolls qui la composent. Et pourtant, la chambre territoriale des comptes (CTC) a décidé d’aller voir sur place comment les choses se déroulent.

    Et le rapport n’est pas tendre. La commune gérée par Raymond Tekurio souffre de graves carences, et même de quelques petits passe-droits, qui sont malheureusement le lot de ces îles où les candidats aux élections ont bien souvent plus de famille sur l’île que d’électeurs.
    “Après avoir connu un grand essor grâce à la nacre, la commune perd désormais des habitants (elle en recense 245 en 2012)”, note la CTC.

    “La principale caractéristique du fonctionnement de la commune, qui s’explique en partie par sa petite taille, est une grande proximité familiale à la fois parmi les élus et au sein du personnel communal. À l’heure de la mise en place de la fonction publique communale, une grande vigilance est requise pour la détermination des besoins actuels et futurs des services publics de la commune ainsi que des compétences nécessaires pour occuper les fonctions positionnées sur l’organigramme cible.”

    Autrement dit, les postes libres ne sont pas nécessairement à faire pourvoir par un membre de sa famille, même si cela est très tentant.
    “Dans ce contexte, le conseil municipal ne joue pas pleinement son rôle”, poursuit la CTC, “et certaines décisions prises par le maire témoignent de choix orientés privilégiant les membres de deux familles, notamment en ce qui concerne les prestations de services.”
    De fait, malgré les nombreuses subventions perçues par la commune, souvent bien supérieures à d’autres communes quand on prend le ratio dotation/population, “l’épargne dégagée sur la période n’a pas suffi pour absorber le coût des investissements dont la commune a fait le choix”, poursuit la haute juridiction.

    Plus grave, de nombreuses installations mises en place ne fonctionnent toujours pas.  Trois installations de traitement de l’eau et deux de désalinisation d’eau qui ne servent à rien.
    Toujours au volet dépenses, celles du personnel de la commune. “Ramenées à la population, les charges à caractère général ainsi que les charges de personnel apparaissent bien supérieures à celles des collectivités similaires”, tempête la CTC, qui a vu de nombreuses autres communes faire de même par le passé.

    Les dépenses de gasoil pour les groupes électrogènes sont, elles aussi, pointées du doigt. Mauvaise gestion, dépenses abusives, qui font que la commune aujourd’hui tarde à payer ses factures.

    Bertrand Prévost

    “Incident dans le cadre de missions du maire et de sa femme”

    Au cœur du rapport de la chambre territoriale des comptes, la haute autorité note : “Un incident a été constaté dans le cadre de missions du maire et de sa femme en tant qu’élus de la commune en mars et en avril 2015. Des factures d’hébergement d’un montant quasiment équivalent aux taux maximum des indemnités de missions allouées aux élus (pour un total respectif de 152 100 F et 143 000 F) et un relevé d’identité bancaire au nom de Mlle Tekurio Mihiata Tina Beverly ont été présentés pour le remboursement de nuitées dans un logement situé à Taravao dans le parc OPH Teuteue. L’attributaire de ce logement n’est autre que leur fille (également gérante de la société Heiva services), qui ne possède pas de patente de loueur meublé pour ce type de logement à vocation sociale.”
    Le tribunal de Papeete aura déjà prêté une oreille à cette situation.
    B.P.

    Les recommandations de la chambre territoriale des comptes

    – Ne pas omettre, à l’avenir, de porter le montant des rémunérations du personnel mis à la disposition de la régie de l’électricité en dépense au budget annexe et en recette au budget de la commune.

    – Élaborer un outil de pilotage permettant le financement régulier des investissements nécessaires après recensement et regroupement des besoins (ce qui permettrait de passer des marchés et de préserver une pluralité des offres), ajustable chaque année en fonction des ressources disponibles.

    – Facturer, recouvrer et verser régulièrement les redevances de l’électricité produite, condition nécessaire pour tendre à l’équilibre financier du budget du service de l’électricité.

    – Mettre en place un suivi strictement encadré de la dépense en carburant, à la fois pour le budget annexe et le budget principal.

    – Modérer les dépenses liées aux charges générales là où elles sont le plus facilement compressibles (achats divers, frais de télécommunications, déplacements et missions notamment).

    – Réfléchir dès à présent à un plan d’actions pour la collecte et le traitement des déchets, plus respectueux des contraintes environnementales dans l’optique de respecter le nouveau calendrier législatif.

    – Recouvrer la redevance concernant les ordures ménagères selon les modalités prévues par le conseil municipal.

    Procrastination du conseil municipal

    Prendre des décisions à Hikueru, c’est souvent repousser les décisions. Ainsi, la chambre territoriale des comptes note que “le conseil municipal se réunit deux à trois fois par an en général. Les procès-verbaux de ces conseils se ressemblent tous : les décisions et délibérations sont votées ou repoussées à l’unanimité quel que soit le sujet abordé, et au vu des comptes rendus transmis, seules les questions diverses semblent donner lieu à des débats, les problèmes soulevés amenant rarement des projets de délibération.”

    B.P.

    sandrine lecomte

    pip 2016-05-20 07:43:00
    c'est du vol....à condamner!
    TETUANUI Monil 2016-05-19 05:35:00
    Nous avons demandé un rendez vous avec le Tavana pour régulariser l'empiètement de la route de Vaitavere sur les terres FAREAHI, ARATAPUA, PUNAMATUU, TEOARAHI , TEUMUTI, VAIAEA. Les nombreux ayants droits de ces terres n'ont jamais été consultés par la municipalité de cette route. Avant donc l'ouverture en septembre prochain de ce cimetière ô combien nécessaire pour la population de Punaauia, il est très important de régulariser CET EMPIETEMENT. Nous sommes pour le cimetière mais il faut respecter les ayants droits. Nous demandons donc à notre Tavana de fixer assez rapidement les négociations afin que l'ouverture officielle soit fin prête pour septembre prochain. Notre droit de passage sur nos plateaux, nos vallées doit être respecté.Nous sommes les riverains directs de la terre VAITAVERE.
    Mathius 2016-05-18 17:31:00
    Exacte Pooino
    POOINO 2016-05-18 17:12:00
    Certes ... mais pas pire que chez vous en France ...
    Mathius 2016-05-18 13:02:00
    Rien de nouveau en POLYNESIE
        Edition abonnés
        Le vote

        La politique d’immigration de Trump ainsi que les droits d’entrée se durcissent aux États-Unis. Pour vous…

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete