Habillage fond de site

Économie – Plus de 40 millions de francs attribués sur concours

jeudi 1 décembre 2016

Les lauréats de la première édition des concours de création et développement d’entreprises ont reçu leurs prix des mains du président du Pays, Édouard Fritch,  et des ministres Teva Rohfritsch et Heremoana Maamaatuaiahutapu. (© présidence)

Les lauréats de la première édition des concours de création et développement d’entreprises ont reçu leurs prix des mains du président du Pays, Édouard Fritch, et des ministres Teva Rohfritsch et Heremoana Maamaatuaiahutapu. (© présidence)


 

 

Les premiers concours de création et développement d’entreprises ont attiré 120 dossiers. Six porteurs de projet ont été distingués dans chacun des domaines ciblés : agroalimentaire, numérique et économie circulaire. Les prix, allant de 500 000 F à cinq millions de francs, sont complétés par des aides à la gestion et à la recherche de financement.

 

 

Jeunes ou moins jeunes, dans leurs entreprises débutantes ou déjà établies, les Polynésiens ne manquent ni d’ambition ni de talent, mais ils peuvent parfois manquer de soutiens.
Obstacle franchi hier par 18 lauréats primés aux concours de création et développement des entreprises, organisé à l’initiative du gouvernement par Tahiti Fa’ahotu.

Ces concours, annoncés début septembre dans le cadre du plan d’actions économiques de la Polynésie française, visaient à distinguer des projets dans trois domaines : l’agroalimentaire, l’économie circulaire et le numérique.

Les organisateurs ont reçu 120 dossiers et ont dû mettre les bouchées doubles pour instruire ces dossiers, recevoir les porteurs de projets et faire leur choix.
Le jury était composé de Teva Rohfritsch, ministre de la Relance économique, du directeur de la chambre du commerce, de l’industrie, des services et des métiers (CCISM), des présidents de la confédération générale
des petites et moyennes entreprises (CGPME) et du Medef-PF, des directeurs de la Sofidep, de la direction générale des affaires économiques (DGAE) et de la direction générale de l’économie numérique (DGEN), et du président de Tahiti Fa’ahotu.

La cérémonie tenue hier dans le salon de la présidence, en présence du président Édouard Fritch, Teva Rohfritsch et Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l’Environnement, a mis en lumière la diversité et les compétences dont dispose le territoire.

Les jurés ont choisi six lauréats dans chaque catégorie : le gagnant remporte une somme de cinq millions de francs, le deuxième quatre millions, le troisième trois millions, et les trois suivants 500 000 F chacun.

Le secteur du numérique a été celui qui a enregistré le plus grand nombre de dossiers : 54. Le premier prix a été décerné au projet de services IOT (“Internet of things” ou objets connectés) de Galatea, l’EURL de Jean-Victor Lussan.

 

Des ruches d’abeilles gérées dans le “cloud”

 

Le second prix est revenu au projet “LeadBees” de Kevin Besson : une plateforme numérique accessible via Internet pour gérer les ruches à distance en collectant des données scientifiques. Le troisième prix est attribué à “Hopedroid Concept Radar Craft” de David Lemaire, un drone de surveillance de la zone économique exclusive (ZEE). 

Enfin, les trois prix d’encouragement sont allés aux projets “Excursion Va’a” de Matairii Maire, “E-shipp” d’Elsa Jaubert et Karl Stein et “Apetahi” de Wilfred Johnston. L’agroalimentaire ensuite, secteur dans lequel 37 dossiers s’affrontaient. Vaimiti Vanel Tunoa remporte le premier prix avec “Saveurs tahitiennes” et ses tartinades de poissons.

La jeune femme avait remporté la deuxième place du concours Poly’nov en mai ; elle vise désormais l’export.

Le deuxième prix a été attribué au projet “La fromagère de Tahiti” de Juliet Lamy (voir notre édition du 27 octobre) et le troisième à Hautia Prokop et Tote Suhas pour leur projet de création d’unités de traitement de fruits locaux transformés en fruits secs et chips de légumes, “Tahiti Dried Factory”.

Les trois prix suivants sont allés à “Tahitian Spirulina” d’Hérald Hivet, “Les tilapias de Raiatea” de Pierre Bergonier, et “Caviar vert” d’Harmonie Leteg.

L’économie circulaire ensuite, où l’on retrouve des entreprises plus établies : le gagnant est Technival pour “Pue’Aora”, une unité de méthanisation pour transformer les déchets en biogaz, en compost et en fertilisant.
Karel Luciani prend la deuxième place avec Patiri, la valorisation des déchets de la pêche hauturière en engrais naturel.

Et la troisième place est prise par Jus de Fruits de Moorea pour “Bromélaïne Queen Tahiti”, un projet qui utilise les déchets d’ananas pour extraire une enzyme très prisée dans la cosmétique et l’alimentaire, et qui intéresse également la recherche médicale.

Les trois prix d’encouragement sont allés à “Kaimana Farm Product” (Jessica Maroaunui), “Powder Ma” (SARL SRT, Société de Recyclage de Tahiti) et “La Palette” (Michel Ferrière).

Les projets retenus par le comité d’expertise du concours bénéficieront d’un pack d’accompagnement, constitué notamment de formation en gestion d’entreprises et d’un soutien particulier de Tahiti Fa’ahotu et de la CCISM dans la phase de montage de leur projet, ainsi que d’une attention particulière de la part de la Sofidep en cas de recherche de financement.

Le moral dopé par tant d’initiatives prometteuses, Édouard Fritch a annoncé qu’il y aura une édition 2017 de ces trois concours et invité les porteurs de projet à se préparer. 

C.P.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete