Economie – Redémarrage en pente douce

    vendredi 8 avril 2016

    Hier, l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) a présenté son bilan de l’économie polynésienne pour l’année 2015.
    Un bilan et une analyse qui rejoignent ceux publiés il y a deux jours par l’Institut de la statistique de Polynésie française (ISPF) sur le troisième trimestre 2015.
    Dans son analyse, intitulée “l’emploi, pièce manquante à la reprise”, l’IEOM dresse le portrait d’une économie polynésienne qui quitte timidement la léthargie dans laquelle elle s’était enfoncée lors de la crise financière et politique locale.

    Environ 400 emplois créés

    “Oui, il y a une reprise économique”, expliquait hier Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l’IEOM. “Mais l’emploi continue d’être insuffisant. On a renoué avec la croissance depuis, pour la deuxième année consécutive, et on n’avait pas vu ça depuis les années 2000.”
    Une bonne nouvelle, des propos rassurants, mais des chiffres positifs qui ne permettent pas encore de sabler le champagne. La Polynésie, malade de son économie d’assistée, commence tout juste sa cicatrisation et la guérison est encore loin.
    Environ 400 emplois ont été créés en 2015, c’est peu, mais c’est toujours mieux que la destruction d’emplois enregistrée ces dernières années.
    La consommation des ménages repart – preuve en est au regard des 6 % d’augmentation des rentrées liées à la TVA – mais ce sont les banques, frileuses et confrontées trop souvent aux créances douteuses (8 % chez les particuliers), qui retardent les choses en refusant les crédits à la consommation.
    Certains secteurs tirent leur épingle du jeu comme le tourisme, les investissements dans les services ou encore l’industrie.
    Le problème reste que ces bons chiffres sont plombés par deux fleurons de notre économie, la perle et la vanille, en complète perdition une fois encore.
    Les ventes de voitures neuves ont elles aussi plongé de 8 %, ce qui indique une nouvelle forme de consommation des ménages.
    Du côté du BTP, valeur presque étalon de l’économie locale, les travaux publics commencent à stagner après deux ans florissant et le bâtiment, de son côté, souffle enfin avec le lancement des chantiers de logements sociaux.
    Si les grands projets chinois voient le jour, on pourra enfin parler de retour d’activité.
    Pour l’heure, avec 175 emplois dans la construction, une centaine dans le commerce et 150 dans l’hôtellerie, la création d’emploi en 2015 n’a pas été suffisante pour regagner ce qui a été perdu.

    Bertrand Prévost

    dadi 2016-04-09 06:23:00
    en pente douce, vraiment très douce la pente elle est plus rapide dans l'autre sens, la preuve la gangrène est arrivée à Papeete, tous ces magasins qui ferment et le chômage qui augmente!! pente douce de mes c......s oui!!
    Toc 2016-04-08 18:14:00
    on commence à réaliser que rien ne va s'améliorer; on coupe des rubans,on serre des mains et on fait des sourires...mais pas de relance
    Himene 2016-04-08 17:29:00
    Avec Flosse, on aurait eu de nombreux chantiers...et l'emploi aurait progressé. ..mais là. ..on attend
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete