Habillage fond de site

Édouard Fritch à Paris pour parler du réchauffement climatique

mercredi 13 décembre 2017

macron fritch

Le président de la Polynésie française, Édouard Fritch, a participé au One Planet Summit, hier, à Paris, alliance de centaines de
leaders internationaux déterminés à trouver de nouveaux moyens de financer notamment la réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’ancrer les problématiques climat au cœur de la finance.

Le président de la Polynésie française, Édouard Fritch, a participé au One Planet Summit, hier à Paris, à l’invitation du président de la République Emmanuel Macron, d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU et de Jim Yong Kim, président du Groupe de la banque mondiale.

Le One Planet Summit est l’alliance de centaines de leaders internationaux déterminés à trouver de nouveaux moyens de financer notamment la réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’ancrer les problématiques climat au cœur de la finance. Ce sommet a été convoqué pour faire vivre l’accord de la COP21.

“J’attends de ce sommet, une forte mobilisation, tout à la fois des pays signataires de l’accord de Paris mais aussi des autres. Le message du président de la République est qu’il faut se mobiliser bien plus contre le réchauffement climatique”, a confié le président Édouard Fritch.

Deux ans, jour pour jour, après l’accord historique de Paris, les trois co-organisateurs ont convié une centaine de leaders internationaux, des citoyens engagés, tel Bill Gates, ainsi que de nombreux chefs d’États comme Theresa May, Premier ministre britannique, ou encore Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol. Objectif commun : répondre à l’urgence écologique pour la planète.

 

Emmanuel Macron : “On perd la bataille”

 

En matinée quatre tables rondes ont eu lieu à la Seine musicale sur l’île Seguin à Boulogne Billancourt. Elles ont permis d’identifier, mettre en œuvre les solutions concrètes et mobiliser la finance publique et privée pour pouvoir les déployer largement, y compris dans les pays les plus vulnérables.

Tour à tour, Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances, ou encore Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique sont intervenus sur des thématiques aussi diverses que “Changer l’échelle de la Finance pour l’action climat”, “Verdir la finance en faveur d’une économie durable”, “Accélérer l’action locale et régionale en faveur du climat” ou encore “Renforcer les politiques publiques pour la transition écologique et solidaire”.

Au terme de ces tables rondes, le président de la Polynésie française a tiré un constat très clair. “Les gouvernements reconnaissent aujourd’hui que seuls ils ne parviendront pas à financer les actions nécessaires pour atteindre les objectifs des accords de Paris”, a-t-il indiqué.

En fin de matinée, le président de la Polynésie française et les autres hautes personnalités, dont les nombreux chefs d’État du monde entier, ont été conviés à un déjeuner à l’Élysée, où ils ont été accueillis par Emmanuel Macron. Puis, tous sont revenus à la Seine musicale sur l’île Seguin où le président de la République a prononcé un discours d’une grande gravité.

Selon lui, “on est en train de perdre la bataille” contre le changement climatique, car “on ne va pas assez vite, et c’est ça le drame”.

Pour Nicolas Hulot, cette question du financement est devenue primordiale et “la galaxie de la finance doit suivre cette dynamique pour arriver à changer d’échelle dans la lutte contre le réchauffement climatique”.

 

LDT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete