Edouard Fritch « très bien reçu » à Paris : le bilan de sa visite

    samedi 28 mai 2016

    Edouard Fritch, de retour au fenua vendredi soir, a fait dès son atterrissage à l’aéroport de Faa’a un premier bilan de son déplacement à Paris, où il a rencontré cette semaine de nombreux responsables du gouvernement central. « Nous avons d’abord été très bien reçus à l’Elysée comme à Matignon, où nous avons tenu des réunions interministérielles sur les suites du déplacement du président de la République en Polynésie française, et les engagements qui ont été pris », a-t-il déclaré à sa descente de l’avion. L’objectif était de voir « comment les mettre en chantier », a-t-il rappelé.
     
    Loi Morin, oncologie, accords de Papeete en faveur du développement du Pays, évolution du statut de la Polynésie française… « En réponse aux attentes formulées par les Polynésiens », tous les points évoqués le 22 février dernier ont « été mis en cohérence dans un calendrier et dans une approche mettant au centre la reconnaissance du fait nucléaire », avait annoncé dès lundi la présidence, par voie de communiqué. « Nous sommes tous en ordre de marche », « l’objectif est que ces engagements deviennent réalité en décembre 2016 », avait également assuré Edouard Fritch, en se félicitant « de l’accompagnement actif du ministère des Outre-mer sur l’ensemble de ces dossiers ».
     
    Mercredi, le président du Pays avait également été reçu au Quai d’Orsay afin « d’expliquer la position des autorités de la Polynésie française au sujet de la décolonisation portée par le Tavini ». Le directeur des Nations unies au ministère des affaires étrangères avait alors estimé « légitime » sa volonté de se rendre en octobre prochain à l’ONU, à l’occasion de l’assemblée générale à New York. « Il est temps qu’il y ait une autre voix devant les instances de l’ONU », avait alors expliqué Edouard Fritch, qui souhaiterait s’appuyer sur la représentation française à l’ONU pour être « efficace dès son arrivée ».
     
    « Je veux aller à l’ONU parler de la voix autonomiste, a-t-il précisé hier soir. Je pense que l’Organisation des Nations-Unies a aussi besoin d’avoir des précisions sur le fonctionnement de nos institutions, sur le comportement semble-t-il reprochable des Français dans ce pays. Moi j’ai envie de leur dire qu’il y a moyen de travailler, et que la Polynésie, au contraire, s’appuie énormément sur le soutien de la France pour réaliser son programme social, son programme éducatif, ses équipements. »
     
    A Paris, d’autres échanges ont été consacrés à la reconnaissance du fait nucléaire et à la révision du procès de Pouvanaa a Oopa, mais aussi à la continuité territoriale, l’éducation, l’égalité réelle entre les Polynésiens et les Métropolitains, la rénovation du centre pénitentiaire de Nuutania et la mise en place d’un futur tribunal foncier, les projets chinois au fenua, l’adhésion de la Polynésie au Forum des îles du Pacifique (sans doute discutée dès le mois d’août lors d’une réunion à Fidji) ou encore au développement de son espace maritime.
     
    Lors de son séjour en France, Edouard Fritch avait également eu l’occasion de faire connaissance avec le nouveau Haut-commissaire René Bidal, arrivé sur le territoire hier soir, à ses côtés (lire notre article ici ).
     
    Marie Guitton
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete