Éducation – La Dépêche Dimanche a rencontré le directeur de l’enseignement protestant en Polynésie française, interview

    mercredi 7 septembre 2016

    protestant

    Vendredi, autour de Thierry Temauri, les directeurs des sept établissements de l’enseignement protestant avaient rendez-vous pour une réunion de travail sur le thème de la préparation des “150 ans de l’enseignement protestant en Polynésie française”. (Photo : DR)


    “Donner une chance à chacun”

     

    Thierry Temauri est depuis 2010, directeur de l’enseignement protestant en Polynésie française. Il annonce des effectifs en hausse, l’ouverture d’un lycée agricole à Taravao à la rentrée 2017 et l’installation d’un pôle d’enseignement post-bac à Taunoa.

    C’est une année charnière qui s’annonce, avec la célébration des 150 ans de l’enseignement protestant en Polynésie française, des événements organisés à la fin du mois.

     

    Comment s’est passée cette rentrée 2016-2017 dans les établissements de l’enseignement protestant ?

    Thierry Temauri : “Globalement très bien. Cette année, nous avons inversé la tendance et accueillons des effectifs en hausse : 1194 élèves dans le 1er degré et 1 882 dans le secondaire pour un total de 3 076 élèves cette année contre 2 945 l’an passé. Nous avons 195 enseignants répartis dans nos sept établissements à Tahiti, mais aussi à Raiatea, où nous avons une structure primaire ainsi qu’un lycée professionnel. Notre volonté n’est pas un développement à outrance. Mais de travailler sur des niches sous-exploitées”.

     

    Qu’entendez-vous par niches sous-exploitées ?

    T.M. : “Des filières qui méritent d’être exploitées, on manque aujourd’hui de filières de formation post-bac. Nous allons d’ailleurs développer notre pôle d’enseignement post-bac à Taunoa avec un   BTS “management unité commercial” et un BTS PME-PMI, plus une mention complémentaire “finances”. Ces ouvertures sont une réponse à un constat sur le niveau parfois insuffisant d’étudiants issus de filières technologiques et professionnelles qui s’inscrivent à l’Université. Ils se trouvent en situation d’échec. Le niveau n’est pas toujours universitaire, d’où le besoin de créer une formation adaptée comme les BTS professionnels. Nous souhaitons leur apporter des solutions, des débouchés”.

     

    C’est très réactif comme prise de décision ?

    T.M. : “Oui c’est notre mission dans l’enseignement protestant d’être à l’écoute et d’agir, nous avions déjà ce projet mais les constats faits par le ministère de l’Éducation et le président de l’Université nous ont confortés dans notre projet. Il y a de belles réussites dans les filières pro, on l’a vu cette année à Raiatea où l’une de nos élèves a décroché une mention “Très bien” à son bac pro hôtellerie”.

     

    Vous médiatisez peu vos actions, pourquoi ?

    T.M. : “C’est vrai et nous allons travailler là-dessus, sur cette ouverture sur le monde, mieux nous faire connaître surtout que cette année est une année charnière. En 2017, ce sera les 500 ans de la réforme du protestantisme, il y aura des événements dans les établissements, dans les Églises au niveau local, régional et mondial. Autre événement célébré cette année : les 150 ans de l’enseignement protestant en Polynésie, il y aura une semaine de célébration du 26 au 30 septembre, dans les établissements, mais aussi des manifestations communes à tous et, tout au long de l’année”.

     

    Avez-vous des projets pour cette année ?

    T.M. : “Oui, nous avons lancé un grand plan de rénovation de nos structures et créé notre pôle d’enseignement supérieur à Taunoa. Nous allons ouvrir l’an prochain un lycée agricole à la presqu’île dans les locaux de l’ancien internat de Taravao. Le Pays va nous donner les fonds pour effectuer la rénovation des locaux, mais l’ouverture est prévue pour 2017”.

     

    Pourquoi à la presqu’île ?

    T.M. : “Il y a des besoins pour les jeunes et c’est le verger de Tahiti. Nous proposerons une formation aquacole et un bac pro “transformation des produits agricoles”. L’objectif est de répondre à un besoin et d’offrir des débouchés, des emplois à ces enfants, c’est un vœu de l’école protestante, de donner une chance à chacun, on essaye avec pédagogie, c’est notre projet éducatif dans l’enseignement protestant”.

     

    Deux filières bac pro seulement ?

    T.M. : “Oui au départ, deux filières bac pro pour une quarantaine d’élèves, mais à terme, on vise 180 élèves. On ne vise pas le développement à outrance, car on veut conserver l’esprit familial, ce caractère qui nous est propre, la proximité, des unités à taille humaine, où l’on se connaît, on veut rester à l’écoute, mais parfois nous sommes victimes de notre succès. C’est le cas à Raapoto où la demande est forte”.

     

    Propos recueillis par Claire Chunlaud

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete