Habillage fond de site

Église protestante ma’ohi – Reo ma’ohi et nucléaire : deux sujets prioritaires

mardi 31 juillet 2018

synode protestant

La 134e édition du synode de l’Église protestante maohi s’est achevée par un himene entonné par les fidèles du septième arrondissement. (© John Hiongue/LDT)


Du 22 au 29 juillet, s’est tenue la 134e édition du synode de l’Église protestante maohi dans le septième arrondissement Papeete. Le culte de clôture du synode s’est déroulé à la paroisse Evaneria à Taunoa.

Les fidèles étaient au rendez-vous, dimanche, à la paroisse Evaneria. Ils étaient venus du premier arrondissement qui inclut les églises de Pirae jusqu’à Tautira, du second arrondissement pour les églises implantées de Faa’a jusqu’à Vairao et enfin une délégation du troisième arrondissement, Moorea avait traversé le chenal. D’ailleurs ce sera à Afareaitu que se tiendra la 135e édition du synode de l’Église protestante maohi l’année prochaine. Parmi les invités officiels figuraient le président du Pays, Édouard Fritch accompagné de quelques membres de son gouvernement mais également, l’ancien président du Pays, Gaston Flosse.

Des membres du huitième arrondissement c’est-à-dire de Nouméa participaient également à cet événement religieux annuel où l’Église protestante maohi prend des décisions importantes touchant la vie quotidienne des Polynésiens.

Lors du culte les messages étaient délivrés en langue tahitienne, qui rappelons-le, est la langue officielle de l’Église protestante maohi. Le rapport final du synode a été lu par la secrétaire générale de l’église, Cécile Hoiore : “L’unité de l’homme et la création, c’est la base des réflexions de ce 134e synode de l’Église protestante maohi. En raison des comportements de l’homme, nous subissons les conséquences qui conduisent vers la souffrance et la mort. Ces souffrances nous annoncent que nous arrivons au temps de nous nous rabaisser et de nous repentir pour dire à Dieu nos manquements dans nos responsabilités concernant la bonne gérance du patrimoine de la vie qu’il nous a confié. La création nous interpelle toujours et est prête à nous aider, et à accompagner nos pas sur le chemin de la vie.”

 

Dans la ferveur religieuse

 

Entre himene, et lecture biblique, les protestants ont célébré comme il se doit la fin de leur semaine de réflexion.

Un synode qui a pris également des décisions marquées notamment au sujet du fait nucléaire. À ce propos, l’assemblée envoie cette année le président de l’Église protestante maohi pour représenter le conseil œcuménique des églises devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (Organisation des Nations unies) à Genève (Suisse) et devant les instances de l’ONU à New-York.

Le synode exhorte l’ONU a réintroduire l’article concernant les conséquences du nucléaire dans notre contexte, article qu’il a supprimé du dispositif de sa dernière résolution à la demande des gouvernements français et maohi. Le synode appelle aussi l’État français à respecter l’article 73 de la charte des Nations unies qui l’oblige à protéger le peuple maohi contre tout mal. Il appelle le gouvernement maohi à être vigilant à l’égard de son peuple et à assumer ses responsabilités et il s’adresse à l’État français pour que celui-ci assume aussi ses responsabilités. Il encourage l’association Moruroa e Tatou à se rendre dans les arrondissements de l’Église protestante maohi pour éclairer le peuple concernant les dangers de la contamination nucléaire. Il interpelle les Églises, les associations et les groupes politiques à s’unir pour que le combat contre le nucléaire devienne notre engagement commun”, conclut le communiqué officiel du synode.

 

De notre correspondant JH

Taaroanui Maraea, président de l’Église protestante maohi : “Tout peuple a droit à sa propre langue”

Taaroanui Maraea“Les travaux et les conclusions ont porté par le thème l’unité de l’homme et la création. C’est une thématique très importante vu le contexte économique et environnemental, sur le plan international et sur le plan local.

Nous avons beaucoup travaillé sur ces aspects. Beaucoup a été fait. D’autres sujets ont été abordés comme sur le nucléaire, la question de la langue qui est fondamentale. Depuis plus de trente ans, nous avons travaillé en tant que vecteur de la communauté autour de la langue maohi. Tout peuple a droit à sa propre langue et chaque jour, une langue qui disparaît ce n’est pas possible, on ne peut pas détruire ça. Il faut partir de ce point de vue et aider les autres générations à s’approprier la langue maohi. Je suis un Maohi Nui et je veux qu’on reconnaisse ma langue. Pour la jeunesse, c’est l’avenir et le Christ nous invite à regarder plus loin.”

 

Mitema Tapati, pasteur du deuxième arrondissement et animateur théologique : “On prend notre bâton de pèlerin”

Mitema Tapati
“On lance un appel à l’État français, qu’il accepte toutes les erreurs commises sur le territoire et présente des excuses, des vrais excuses au pays pour tous les dégâts causés par les essais nucléaires. Dernièrement, un article a été retiré aux Nations Unies concernant les conséquences des essais nucléaires. Il parlait des responsabilités notamment de l’État français et aujourd’hui, on demande à l’ONU de remettre cet article, faute de quoi, on enverra le président de l’Église devant le comité des 24 et à l’ONU à New-York.

On en appelle aussi au gouvernement du Pays, qu’il prenne ses responsabilités et qu’il ne soit pas des envoyés spéciaux de l’État français. Il ne faut pas que le sujet des essais nucléaires soit un sujet politique politicienne. On ne peut pas aller devant les urnes car c’est de la politique mais on prend notre bâton de pèlerin et on ne va pas à l’ONU pour nous amuser.”

EPM synode drogue

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

enseignement protestant

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete