Habillage fond de site

Élection des meilleurs courts-métrages : cinq prix décernés

jeudi 6 juin 2019

De gauche à droite : les représentants de Bora Bora, Marquises et Tuamotu, les gagnants du concours. Photo : Mona Delahais

De gauche à droite : les représentants de Bora Bora, Marquises et Tuamotu, les gagnants du concours. (Photo : Mona Delahais)

Applaudissements et rires résonnent dans l’amphithéâtre de la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE). Les prix pour les courts-métrages sélectionnés viennent d’être attribués. Lancée en septembre 2018, la première édition du Festival inter-scolaire du court-métrage, pour la valorisation des langues
polynésiennes, s’est déroulée sous forme de concours.

Ce festival vise alors à mettre en valeur les langues de chaque aire linguistique de Polynésie française.

Près de 1 860 élèves de cycle 3 (CM1, CM2 et 6e) et du Centre des jeunes adolescents (CJA), répartis dans tous les archipels, avaient pour mission, sur la base du volontariat, la conception et réalisation de courts-métrages.

Encadrés par des enseignants et animateurs, les élèves ont diffusé avec fierté leur réalisation, d’une durée de cinq minutes maximum, qui devait tourner autour du thème “Te fa’aturara’a, to ‘oe ia puai”,Le respect, c’est ta force”. Un choix thématique en lien avec l’éducation civique et morale enseignée au primaire et secondaire.

Le grand gagnant, Bora Bora, appartenant à la troisième circonscription, ressort non seulement avec le grand prix du jury mais aussi le prix du public. En effet, celui-ci, présent lors du visionnage, pouvait voter pour son “coup de coeur”. Trois autres prix ont été décernés : celui de la meilleure interprétation, meilleur scénario et meilleur dialogue.

Le jury final était composé de représentants des parents d’élèves, d’inspecteurs, du vice-rectorat et de techniciens, pour un total de huit membres. “On a croisé toutes les compétences de chacun, techniques, pédagogiques et linguistiques, pour élire équitablement les gagnants”, explique Ernest Marchal, membre du jury et inspecteur de l’Éducation nationale en charge de l’enseignement des langues polynésiennes, de l’anglais et du plurilinguisme.

Ils avaient procédé à une première sélection au mois d’avril. Trente courts-métrages se sont alors démarqués pour la finale du concours.

 

Des courts-métrages porteurs de messages

 

À travers ce concours, ressort l’ambition de valorisation de la diversité linguistique du territoire. Des courts-métrages étaient alors présentés en tahitien mais aussi en marquisien. En effet, la Polynésie française regroupe sept langues autochtones distinctes.

Une famille linguistique regroupant plus de trente dialectes. “Se respecter nous rend plus fort et nous permet de vivre en communauté” est un discours tenu dans l’un des courts-métrages présentés.

Nombre d’entre eux révélaient en parallèle l’engagement des élèves pour une cause leur tenant à coeur comme la préservation de l’environnement, le harcèlement scolaire ou encore le handicap.

La deuxième édition du festival se déroulera au cours de l’année scolaire 2020-2021.

 

Mona Delahais

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete