Habillage fond de site

Élections territoriales : J.-C. Bouissou tacle Gaston Flosse

mercredi 11 avril 2018

Geffry Salmon, complice d'une "manipulation des esprits?" C'est en tout cas l'accusation portée par le Tapura.

Geffry Salmon, complice d’une « manipulation des esprits? » C’est en tout cas l’accusation portée par le Tapura. (©Archives LDT)

 

Interrogé sur le fait que Gaston Flosse, inéligible, représente sa formation politique dans les débats télévisés, Jean-Christophe Bouissou a réagi, à l’issue du conseil des ministres.

« Je suis quand même étonné de voir quelqu’un qui mène une campagne électorale, qui demain n’aura pas les manettes du Pays, mais qui semble être celui qui communique parce que c’est le père fondateur du parti politique en question, le Tahoeraa Huiraatira, et qui décide de remplacer celui qui est normalement tête de liste dans les débats. Certainement parce qu’il estime que Geffry Salmon n’est pas à la hauteur de pouvoir débattre, parce que s’il estimait le contraire il le pousserait en avant. Donc il a trouvé sa potiche, parce qu’il se dit qu’il peut en faire ce qu’il veut.

L’absence de la tête de liste Tahoeraa sur les plateaux de télévision est, pour Jean-Christophe Bouissou, le moindre des problèmes que pose la situation actuelle : « Tant qu’il s’agit des débats, à la limite, ce n’est pas un problème. Mais là où il y a un problème, c’est que Geffry Salmon, on ne sait pas ce qu’il pense. On ne sait pas pourquoi il est là. Est-ce qu’il participe à cette manipulation des esprits ? Est-ce qu’il est forcément d’accord, puisqu’il a accepté d’être tête de liste ? Est-ce qu’il demanderait vraiment la dissolution l’année prochaine ? Et est-ce que le fait de demander la dissolution au Président de la République amène nécessairement une réponse positive ? Je ne vois pas Emmanuel Macron venir dire ‘mon cher Geffry, merci d’avoir posé la question et comme je vous trouve sympathique, je vais acquiescer à votre demande.' »

La dissolution programmée de l’assemblée, un coup de bluff ?

Jean-Christophe Bouissou pointe ce qu’il voit comme une contradiction majeure dans la campagne orange : « Flosse semble se présenter comme celui qui va réaliser le programme du Tahoeraa, et puis en même temps il dit ‘dans un an je vais dissoudre l’assemblée.’ Et personne ne lui demande d’expliquer comment il peut mettre en avant un programme qu’il n’aura pas exécuté, parce que quand même, il faut le temps pour exécuter un programme. Et cette personne s’autoproclame déjà conseiller spécial, ce n’est pas Geffry Salmon qui l’a dit. Je vois très bien Gaston Flosse, qui n’aura pas été élu, mais qui arriverait en conseil des ministres et dirait à Geffry Salmon ‘tu peux bouger un peu, va falloir que je distribue le travail aux ministres,’ et il va présider le conseil des ministres. Vous trouvez ça normal ? Non, ce n’est pas normal. Généralement, ce genre de situation, on la retrouve dans les pays totalitaires. Et même la composition du gouvernement, c’est lui qui va proposer le gouvernement, tant qu’à faire. »

« On ne croit pas à ce scénario-là, c’est impossible, ça ne peut pas être plausible, les Polynésiens ne sont pas encore tombés sur la tête, déclare le ministre du Logement. C’est un peu désolant, parce que le débat devrait se situer à un certain niveau. À mon avis, demain, Geffry sera un adversaire de Flosse; je dirais même, demain, Geffry Salmon et ceux du Tahoeraa qui vont se faire élire, ils viendront au Tapura Huiraatira. Se retrouver à huit à l’assemblée à faire de l’opposition… vous croyez que Geffry Salmon va faire de l’opposition pendant cinq ans ? Parce que si vous regardez le Tahoeraa, qui avez-vous ? Sandra Lévy-Agami ? Snow? Geffry ? Teura Iriti, et puis qui ? C’est court. Je pense qu’au fur et à mesure les gens verront assez clairement que Flosse est l’arbre qui cache la forêt, c’est-à-dire qu’il se met devant et on ne voit plus rien derrière. »

Pour conclure, Jean-Christophe Bouissou défend le bilan du gouvernement dont il est le porte-parole et estime que l’ennemi principal, c’est l’abstention : « On a confiance dans la faculté des Polynésiens à faire le bon choix. Nous, tout ce qu’on dit, c’est qu’il faut qu’on soit stable dans les années qui viennent. On a un programme, il reste des choses à faire, on ne dit pas que tout est bon, il y a des ajustements, mais une chose est sûre, c’est qu’on a au sein de notre groupe des gens qui ont l’expérience et qui sauront mettre le programme en pratique. Maintenant il faut vraiment se mobiliser, faut pas qu’on soit comme pour le ukulele, qu’on se retrouve à 6 500 parce qu’on se dit que le voisin va y aller. »

 

(Propos recueillis par Caroline Perdrix)

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete