Elle se faisait notamment passer pour le procureur afin de vendre des villas : un an ferme

    vendredi 20 novembre 2015

    Nathalie, Miri, Cassidy Sullivan et même José Thorel lorsqu’elle envoyait des e-mails, elle s’appelait en fait Mary Candelot.
    Magistrate, procureur, planton du palais de justice, elle était avant tout un escroc multirécidiviste. C’est en effet la sixième fois que cette habitante de Hitia’a comparaissait pour diverses escroqueries et abus de confiance.
    Hier, pas moins de 14 victimes particulièrement crédules ont été dénombrées dans l’affaire pour laquelle elle était jugée. Pour la très grande partie d’entre elles, souvent des cousins éloignés, elle n’hésitait pas à modifier sa voix pour se faire passer pour plusieurs interlocuteurs et proposer de super affaires sur des maisons, bateaux ou bijoux saisis par la justice qu’elle représentait.
    Toute une famille a ainsi été escroquée de plus de 2,5 millions de francs après avoir versé divers acomptes dans l’espoir d’obtenir plusieurs biens, et notamment quatre villas à Te Maru Ata pour seulement 2 millions de francs. Au total, le préjudice s’élève à 3,9 millions de francs.
    Autre victime d’escroquerie et abus de confiance, un homme qui a rencontré la fausse Mary sur Internet. L’affaire avait défrayé la chronique en juin. Amoureux, le tane avait notamment confié un verre de sperme à sa dulcinée qu’il ne rencontrait qu’avec un bandeau sur les yeux.
    Il n’avait pas cillé quand Mary lui avait annoncé avoir eu deux jumelles, puis une autre fille le lendemain, et encore un autre enfant deux mois plus tard.
    “Je ne peux pas me l’expliquer, je ne vais pas trouver des excuses”, a expliqué la femme hier, à la barre, avant d’évoquer les problèmes rencontrés et les moqueries endurées durant son enfance à cause de son surpoids, se mettant à pleurer en évoquant les surnoms de cochon marquant son passage dans la cour de l’école.
    “S’il n’y avait pas eu toutes ces moqueries, je ne serais peut-être pas devant le tribunal aujourd’hui.”
    Elle aurait été attirée par l’anonymat offert par Internet. “Si on ne m’acceptait pas dans la vie réelle, j’allais peut-être être aimée dans le virtuel, où je pouvais me faire passer pour une belle blonde métropolitaine.”
    Une tristesse qui n’a pas forcément convaincu les juges. “Il est difficile de savoir si votre émotion est authentique quand on sait comment vous jouez avec les sentiments. Les escrocs ont cette capacité à pousser les autres à s’apitoyer sur leur sort.”
    Après avoir bien précisé aux victimes que les saisies de la justice ne se vendaient pas de gré à gré ou par Internet, le procureur José Thorel a évoqué l’intelligence de Mary Candelot et ses “manœuvres frauduleuses extrêmement élaborées”.
    Il a mis en doute ses complexes comme raison de ses méfaits, “le surpoids ne se soigne pas par les escroqueries”, avant de requérir deux ans de prison, dont un avec sursis et maintien en détention. Il sera suivi par les juges.

    F.C.

    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
    Piritua 2015-11-21 00:53:00
    éééé oui! il faut toujours se méfier de l'eau qui dort!!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete