Habillage fond de site

Emiri Teahu a créé sa propre entreprise de couture

mercredi 29 mai 2019

D’ici quelques mois, Emiri Teahu pense investir dans de nouveaux matériels. Actuellement, elle travaille avec la grand-mère de son époux, mais pense plus tard recruter deux personnes à temps complet.

D’ici quelques mois, Emiri Teahu pense investir dans de nouveaux matériels. Actuellement, elle travaille avec la grand-mère de son époux, mais pense plus tard recruter deux personnes à temps complet. (© Charles Taataroa)


Après deux ans de formation chez Monica Dress, couturière de Papara, Emiri Teahu a pris depuis le début de l’année son envol. Elle a créée sa propre entreprise Mihiau couture et expose depuis peu ses produits au grand public. Elle confectionne des robes et chemises tahitiennes, mais aussi des paniers en tissu.

Emiri Teahu est aujourd’hui à la tête d’une toute jeune entreprise baptisée Mihiau couture qu’elle a créée seule grâce à une bonne dose de ténacité et de persévérance. Auparavant, elle faisait des ventes de plats et n’avait pas de revenus fixes.

Elle a commencé à chercher un emploi pour subvenir aux besoins de sa petite famille, puisqu’elle mère d’un garçon et d’une petite fille. Malheureusement, ses recherches n’ont rien donné bien qu’elle ait déposé son curriculum vitae (CV) dans à peu-près toutes les entreprises de Papara et des communes avoisinantes. “Ce n’est pas évident”, raconte-t-elle.

Ensuite, elle s’est tournée vers le service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles (Sefi) pour suivre une formation dans la couture. Après un an de stage chez Monica Dress, couturière de Tiama’o, en tant que CAE (contrat d’aide à l’emploi), qu’elle connaît parfaitement bien pour avoir grandi dans le même quartier à Taharuu, Emiri Teahu s’est retrouvée du jour au lendemain sans travail et sans ressources.

Du coup, elle a proposé ses services dans une boutique de Papara pour se perfectionner dans la couture. Ça a duré douze mois et l’année d’après, en 2018, elle a été reprise en CAE chez Monica Dress. Depuis décembre 2018, elle a décidé de voler de ses propres ailes en créant sa propre entreprise. Elle a pris les prénoms de ses enfants pour l’appellation de son activité qu’elle a baptisé Mihiau couture, Mihi étant le prénom de sa fille et Au, celui de son fils.

 

Robes et chemises tahitiennes

 

Sa spécialité est la confection de robes et chemises tahitiennes, toutes tailles confondues. Le 8 mars, elle exposait pour la première fois ses réalisations dans le cadre d’un salon dans les jardins de la mairie de Papara. “C’était la première fois que j’exposais mes produits et j’ai été très satisfaite de mes ventes. Ça s’est bien vendu.”

Ensuite, Emiri Teahu a rejoint une autre association pour exposer cette fois-ci à la mairie de Faa’a. Mais le résultat est plus décevant. “Il n’y pas eu beaucoup de visiteurs et pourtant, j’ai exposé pendant deux semaines.”

Entre-temps, elle commence à se faire un nom grâce notamment à sa page Facebook et à la distribution de ses cartes de visite lors des précédentes expositions. Progressivement, son carnet de commande commence à bien s’étoffer. “On m’appelle tous les jours pour des commandes. J’ai une clientèle qui vient de toutes les communes de Tahiti”, reprend t-elle.

La semaine dernière, elle participait aussi à l’exposition de la fête des mères dans les jardins de la mairie de Papara. “Malgré un temps pluvieux, j’ai bien vendu. J’avais mes robes et mes chemises, mais aussi des sacs réalisés tout en tissu et des fleurs artificielles. J’ai voulu diversifié mes produits.”

Emiri Teahu a des idées plein la tête. Elle est déjà en contact avec une artisane de Rurutu qui tresse des paniers en pae’ore (pandanus). “Mon projet est d’habiller ces paniers avec une touche de tissu local. Ça fait un style et je suis certain que ça va plaire aux clients.”

D’autre part, elle a déjà commencé à réaliser des tee-shirts tout en tissu. Son fils joue au mannequin en les portant. La jeune femme de Papara ne souhaite pas pour l’instant ouvrir une boutique. Son objectif est tout autre.

Elle souhaite préserver sa liberté de travailler à domicile tout en continuant à développer ses produits. Elle pense même doubler sa production en essayant, si ses moyens financiers le permettent, de créer deux emplois à temps plein.

En attendant, elle travaille avec des membres de sa famille, dont la grand-mère de son époux. Elle avoue ne pas dormir certaines nuits pour honorer ses commandes. “Je ne pensais aller jusque-là, mais il faut que j’assure.”

En septembre, elle exposera au quai d’honneur, sur le port de Papeete pour toucher, cette fois-ci, la clientèle touristique.

 

C.T.

 

Contacts

Tél. : 87.73.41.62

Facebook : Mihiau couture

E-mail : mihiuraluceroonuitaiau@gmail.com

 

2 CT Papara Mihiau couture4081

Elle avoue ne pas dormir certaines nuits pour honorer ses commandes. (© Charles Taataroa)

3 CT Papara Mihiau couture_4086

En attendant, elle travaille avec des membres de sa famille. (© Charles Taataroa)

4 CT Papara Mihiau couture_4105

La jeune entrepreneuse confectionne des robes et des chemises tahitiennes en tissu local. (Photo : Charles Taataroa)

5 CT Papara Mihiau Couture_4094

Depuis peu, elle confectionne aussi des sacs à main tout en tissu local. (Photo : Charles Taataroa)

6 CT Papara Mihiau Couture_4088

Les fleurs de Mihiau. (© Charles Taataroa)

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete