Emploi de mannequins trop maigres, photos retouchées : l’Assemblée à l’offensive contre l’anorexie

    vendredi 3 avril 2015

    Interdiction de l’emploi de mannequins trop maigres, mention « photographie retouchée » obligatoire en cas d’apparence corporelle modifiée : les députés ont mené la charge vendredi contre la valorisation de l’anorexie et les comportements pouvant y inciter.
    L’Assemblée avait déjà voté dans la nuit de mercredi à jeudi la création d’un délit d’incitation à la maigreur excessive, visant notamment les sites internet « pro-ana » (pro-anorexie). Cette infraction sera punissable d’un an de prison et 10 000 euros d’amende.
    Entre 30 et 40 000 personnes, des adolescentes dans 90% des cas, souffrent d’anorexie mentale, une des pathologies psychiatriques ayant la plus forte mortalité. 
    Selon un amendement au projet de loi sur la Santé voté vendredi, l’exercice d’une activité de mannequin sera interdit à toute personne dont l’indice de masse corporelle sera inférieur à des niveaux définis sur proposition de la Haute Autorité de santé.  
    Toute personne exploitant une agence de mannequins, ou recourant moyennant rémunération à un mannequin, qui ne veillera pas « au respect de l’interdiction » pourra encourir un emprisonnement de six mois et une amende de 75 000 euros.
    Cet amendement du rapporteur Olivier Véran (PS) a été adopté avec le soutien de la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui a considéré comme « préoccupante » la présentation de mannequins excessivement maigres.
    La mesure sera « contraignante » pour tout mannequin, y compris étranger, « désirant travailler sur le sol français », a indiqué M. Véran. L’Espagne, l’Italie et Israël ont pris des mesures similaires.
    Le Syndicat national des agences de mannequins (Synam) s’est élevé contre ce vote, regrettant un « amalgame entre anorexie et minceur » et une « stigmatisation » des seules agences, qui doivent satisfaire la demande des créateurs de mode ou magazines.
    Un autre amendement socialiste adopté prévoit justement la mention obligatoire « photographie retouchée » sur les photos à usage commercial de mannequins dont l’apparence corporelle a été modifiée par logiciel « afin d’affiner ou d’épaissir » sa silhouette – les mannequins étant parfois trop maigres.

    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete