En famille avec les héros de Tiki Toa

    lundi 27 juillet 2015


    Jonathan Torohia : “Je ne m’attendais pas à avoir cette consécration”

    Jonathan Torohia, élu meilleur gardien de la Coupe du monde de beach Soccer 2015, est toujours sur son petit nuage. 
    Il nous a reçus, samedi dernier, chez lui avec sa petite famille pour évoquer son parcours sportif. À 30 ans, il est aujourd’hui une référence du beach soccer, pas seulement chez nous, en Polynésie française, mais dans le monde. Jonathan Torohia a démarré sa carrière dans le football à l’âge de six ans, avec l’équipe de Pirae. Il a toujours été gardien de but jusqu’à 18 ans. Ensuite, pour raison familiale, il a dû aménager à Papeari, où il intègre l’équipe de Juventus, pendant un an. En 2005, Jonathan a fait partie de la sélection tahitienne pour les Jeux du Pacifique. 
    Puis, pendant un an, il a intégré l’équipe de la Brasserie de Tahiti. Plus tard, il rejoint Central pour trois ans, avant de réintégrer son équipe initiale, l’As Pirae. Depuis 2007, Jonathan est gardien de but de Manu Ura, jusqu’à aujourd’hui. C’est en 2010 qu’il a intégré les Tikitoa, probablement pour ses meilleures performances. 

    Pompier à Paea

    À part le beach soccer, Jonathan Torohia s’est également préoccupé de sa carrière professionnelle. Il travaillait dans un service de la mairie de Paea et a passé un concours interne pour devenir pompier professionnel en 2011. Il a suivi une formation spécifique. Depuis lors, il réside à Paea et jongle entre vie professionnelle et sportive. Il avoue que tout n’est pas simple. Il faut également s’occuper de la vie de famille. Jonathan est père d’un petit garçon de trois ans. Il vient de Pirae où il a grandi avec sa famille. 
    C’est son père, un mordu du football, qui lui a transmis le virus du ballon. Jonathan est allé à l’école à Pirae jusqu’au collège. 
    Ensuite, c’est au lycée de Taravao qu’il a continué. Aujourd’hui, il avoue qu’il vit une expérience exceptionnelle avec l’équipe des Tiki Toa. “Nous sommes, avant tout, une famille, et c’est ça qui fait notre force”, précise Jonathan. 
    Actuellement, il se remet doucement de ses émotions après la coupe du monde au Portugal, avec des ambitions pour les années à venir. Par ailleurs, il avoue avoir été approché par le FC Barcelone, mais n’en dira pas plus. Sa famille, elle, est très fière de son parcours. Jo est devenu une référence en la matière pour la jeunesse polynésienne. 

    C.T.

    Heimanu Taiarui accueilli en héros dans son quartier

    “Tout ça n’était pas prévu”, explique Hina, la tante de Heimanu Taiarui, qui a décroché le ballon d’or lors de la Coupe du monde de beach soccer au Portugal. “On a voulu marquer l’événement. Car, nous non plus, on ne s’attendait pas à ce qu’il ait le ballon d’or”, poursuit-elle. La réception a rassemblé la majorité des jeunes du quartier. En effet, c’est à Tiama’o, à Papara, PK 30, côté montagne, que Heimanu Taiarui réside avec sa famille. De temps en temps, il est à Taharuu, au PK 38,2, où sa famille possède également une maison d’habitation. 
    Heimanu Taiarui a toujours évolué dans le sport. Très jeune, il pratiquait déjà du triathlon ; il adorait courir, nager et faire du vélo. Il s’est même spécialisé dans le free style. Étant de Papara, il pratiquait aussi le surf et du moto-cross. Il avait d’ailleurs participé aux Championnats de Tahiti en 2006 avec une belle performance. Mais ses parents n’ont pas souhaité qu’il continue dans cette voie. D’autre part, comme tous les jeunes de son âge, il s’adonnait également à la danse, et pas n’importe laquelle, le smurf. “C’est un excellent danseur”, précise sa mère, Nani. 

    Débuts à Manu Ura

    Concernant le football, c’est dans le club de Manu Ura, à Paea, qu’il a fait ses premiers pas. Il n’avait pas d’opportunité de club à Papara. 
    À 14 ans, il est parti en France pour se former. Au retour, du fait que Manu Ura n’avait pas de catégories U16, U17 et plus, il a dû rejoindre le club de son père, au sein de la section de football de la Brasserie de Tahiti. Pendant trois ans, il y a évolué. 
    Son père était un grand footballeur aussi. Pendant 13 ans, grâce à lui, la Brasserie de Tahiti a été indétrônable. Sa mère aussi est passionnée du football. Elle a démarré en 1994 après avoir abandonné la rame, son sport favori. Elle entraînait la sélection féminine de football de Papara. Ses deux filles aussi sont dans le football et la plus grande a été quatre fois sélectionnée dans l’équipe féminine de Tahiti. Toute la famille Taiarui est dans le football. 
    Dans la vie, Heimanu, surnommé Métal, est pêcheur professionnel. Il possède un poti marara et s’adonne à cette activité, qu’il adore, depuis près de huit ans maintenant. À Papara, il est devenu une référence pour les jeunes, et encore plus pour ceux qui résident dans son quartier.  Sa famille est très fière de son parcours et le soutient avec amour. 

    C.T.

    Plus d’informations dans notre dossier de 4 pages dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete