Enceinte, une détenue de Nuutania remise en liberté

vendredi 22 mai 2015

Le couple avait été jugé en son absence, le 31 avril, pour avoir escroqué une centaine de particuliers, courant 2009, à qui ils avaient promis un travail dans le tourisme moyennant des remises d’espèces d’un montant variant de 5 000 à 35 000 F.
Mais Brigitte et Gérard, qui faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt, n’avaient pas échappé longtemps à la justice puisqu’ils avaient été arrêtés six jours plus tard, à l’aéroport, par les policiers.
Ils avaient, dans la foulée, été conduits à Nuutania pour purger leurs peines de trois et deux ans de prison ferme prononcée en première instance.
Hier, tous deux ont demandé à bénéficier d’une remise en liberté dans l’attente de leur procès en appel, surtout parce que Brigitte, 43 ans, est à l’heure actuelle enceinte de plus de sept mois.
“Le médecin me dit de me reposer sinon je risque d’accoucher mais mon bébé ne pèse qu’1,3 kilo”, a expliqué, entre deux gendarmes, la quadragénaire au ventre bien arrondi. Son mari a également demandé à quitter la maison d’arrêt pour “protéger — sa — femme et l’enfant qu’elle porte.”
Si les magistrats ne sont pas revenus sur le fond de l’affaire, Gérard  a martelé que s’ils avaient fui aux Tuamotu, avant leur procès du 31 avril, c’est que le couple avait “peur” d’éventuelles représailles de la part de ses victimes.  
Selon lui, une partie de ces dernières était en effet venue “casser” sa maison “avec des fusils de chasse sous-marine, des barres de fer et des haches”.
Leur avocat a affirmé qu’ils avaient d’ores et déjà “indemnisé la moitié des victimes” et qu’ils feraient de même pour les autres.
“Ma cliente est consciente de l’escroquerie qu’elle a commise. Son mari est pour sa part dans une logique de relaxe, car il croyait au projet”, a-t-il ajouté. Les magistrats ont finalement convenu que Nuutania n’était pas le lieu le plus propice pour terminer une grossesse.
Ils ont donc prononcé la remise en liberté du couple, qui est désormais assigné à résidence chez une proche.
Tous deux devront pointer une fois par semaine au commissariat et ont interdiction de quitter Tahiti jusqu’à leur procès devant la cour d’appel.

J-B.C.

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete