Habillage fond de site

Les enfants du fenua cherchent leurs marraines

jeudi 8 février 2018

enfant du fenua

Tous les samedis, Antoine et Danielle travaillent les leçons de français et de mathématiques. (© Jennifer Rofès)

L’association Les enfants du fenua vient en aide aux familles en difficulté dans l’éducation de leurs enfants. Enfin de remplir cette mission, elle cherche de nouvelles marraines. Celles-ci sont amenées à donner de leur temps, sur la durée, mais aussi en fonction de leurs disponibilités.

L’association Les enfants du fenua a besoin de nouvelles marraines. Intégrée à la délégation de la Croix-Rouge française depuis 2013, l’association a pour mission de soutenir les familles en difficulté dans l’éducation de leurs enfants. Des mamans bénévoles sont ainsi sollicitées pour donner un peu de leur temps à un enfant défavorisé de leur quartier pour l’aider dans sa scolarité et lui proposer différentes activités, comme des jeux ou des sorties.

Actuellement, l’association compte une douzaine de marraines alors que les besoins sont immenses. C’est pourquoi la secrétaire de l’association, Aude Delaunay, multiplie les appels auprès de femmes ou de familles bénévoles qui pourraient, selon leurs disponibilités et en dehors du temps scolaire, s’occuper d’un enfant en difficulté vivant proche de chez elles.

Le temps accordé à ces enfants s’organise en fonction de la disponibilité des marraines, soit une ou deux fois par semaine, après l’école ou pendant le week-end. Ce sont les bénévoles qui choisissent les jours, horaires et durées qui leur conviennent, sans que ceux-ci soient nécessairement fixes.

Le rôle de la marraine est d’abord de s’intéresser à l’enfant, de prendre le temps de discuter avec lui et de lui venir en aide dans son apprentissage scolaire. Venir soutenir des familles sur la scolarité de jeunes qui en ont besoin est aussi un moyen d’éviter un potentiel décrochage scolaire, selon Aude Delaunay.

 

 

Une belle aventure

 

 

La plupart des marraines qui se sont engagées au sein de la Croix-Rouge gardent par ailleurs le souvenir d’une belle histoire. C’est le cas de Danielle, qui, depuis deux ans, s’occupe d’Antoine. « Ce gamin a désormais toute sa place dans notre vie », raconte cette infirmière à la retraite, mère de trois enfants, qui s’est lancée, avec le soutien de son mari, dans cette aventure.

« Une amie m’a parlé des Enfants du fenua et après en avoir discuté avec mon mari, nous avons contacté Aude. »

Peu de temps après ce premier contact, Aude Delaunay les rappelle pour leur annoncer qu’elle a un petit garçon qui aurait besoin de leur aide. « On m’a prévenue tout de suite en me disant qu’il était un peu difficile, qu’il se bagarrait, qu’il avait de gros problèmes de comportement. Je m’attendais donc à rencontrer quelques soucis au début », raconte Danielle.

Mais d’aussi loin qu’elle s’en rappelle, Danielle n’a jamais vécu de moments difficiles avec Antoine. « Nous avons pris le temps de nous connaître, de savoir comment nous fonctionnions et de nous faire confiance. Je pense que le fait que l’on s’intéresse à lui, qu’on l’écoute, lui fait du bien. Bien qu’il ne soit pas malheureux chez lui, sa tante s’en occupe très bien, mais le fait que l’on s’occupe de lui autrement lui plaît. »

En deux ans, Antoine, Danielle et son mari ont su créer un lien affectif important. « J’ai dû m’absenter durant trois mois pour des raisons de santé en métropole, je viens seulement de rentrer. Je reconnais qu’il m’a manqué », sourit Danielle, qui envisage désormais de s’investir plus.

« Antoine ne se débrouille pas trop mal en lecture et écriture. Il adore les histoires, les légendes et les contes. Par contre, c’est plus compliqué avec les mathématiques. J’espère rencontrer son institutrice pour qu’elle m’aiguille sur la façon dont je peux l’aider. Je voudrais le prendre une fois de plus, dans la semaine, pour l’aider à travailler. Et s’il y avait un quelconque souci qui pourrait être réglé par le biais d’un orthophoniste, je m’en occuperais », ajoute-t-elle avant d’expliquer ne pas avoir l’impression de faire grand-chose. « Nous avons vraiment du plaisir à nous retrouver chaque week-end. C’est un gamin génial, attachant et je pense que cette relation nous satisfait tous. »

Danielle et son mari n’envisagent pas de quitter le fenua pour l’instant et projettent donc de continuer de s’occuper d’Antoine tant qu’il aura besoin d’eux. Certaines marraines, reparties de Polynésie depuis, entretiennent d’ailleurs toujours un lien avec l’enfant dont elles se sont occupées. Certaines espèrent même pouvoir les accueillir s’ils décidaient de se rendre dans l’Hexagone pour poursuivre leurs études.

Jen.R.

 

PLUS D’INFOS
Association Les enfants du fenua
Contact : Aude Delaunay
Tél. : 87.74.17.05
Internet : www.enfantsdufenua.pf

 

enfant du fenua enfant du fenua

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete