Enquête sur un possible trafic d’hormones dans le milieu des raerae

    jeudi 28 juillet 2016

    enquête

    Le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour “faux et usage de faux” ainsi que pour “délivrance irrégulière de substances vénéneuses” qui a été confiée à la DSP. (Photo : archives LDT)


    Un “détournement de l’usage thérapeutique” ?

     

    Depuis plusieurs semaines, les policiers de la DSP enquêtent, à la demande du parquet, sur le milieu des raerae où circuleraient abondamment des traitements hormonaux, comme l’ont révélé, hier, nos confrères de Polynésie 1ère.

    Selon nos informations, les investigations ont démarré suite à une violente altercation opposant des transsexuels. Entendu en audition, l’un d’eux a fini par déclarer qu’il consommait en grande quantité de ces hormones qu’il utilisait, en fait, comme un produit stupéfiant.

    Ce qui s’apparenterait à un “détournement de l’usage thérapeutique” du traitement destiné, en principe, à faciliter le changement de sexe d’un individu. “Normalement, on en prend un par jour, mais si c’est dix, ça vous fait planer et cela coûte moins cher que de l’ice”, explique une source proche du dossier.

    Sauf que ces produits ne sont censés être prescrits que sur ordonnance d’un médecin. Certains consommateurs sont donc suspectés d’avoir falsifié les leurs et/ou de se livrer à un trafic sous le manteau. Des doutes entourent également des pharmacies locales qui “débiteraient à la tonne” ce type de traitement.

    “Il n’y a pourtant pas deux millions de raerae en Polynésie. Cela n’a pas l’air normal, donc nous faisons des vérifications”, s’étonne ce connaisseur de l’affaire. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire pour “faux et usage de faux” ainsi que pour “délivrance irrégulière de substances vénéneuses”.

    Les investigations se font avec le concours de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) et de la direction de la santé. Des pharmaciens ont d’ores et déjà été entendus par les enquêteurs ainsi que des transsexuels. Mais, pour l’instant, personne n’a été officiellement mis en cause.

    À noter que ces derniers mois, plusieurs proches de raerae ont contacté la police après avoir été violentés. Ils avaient fait le lien entre ces excès de colère et la prise de traitements hormonaux.

     

    J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete