Habillage fond de site

Dans les entrailles de l’Île de Batz

vendredi 20 juillet 2018

île de batz

Le câble vient de l’Hexagone et suit un chemin bien précis, contrôlé en permanence afin de ne pas se plier ou s’écraser. (© Christophe Cozette)


L’Île de Batz, navire câblier chargé de la pose de Natitua, a reçu sa cargaison. Le transfert des 2 800 kilomètres de câble va durer une quinzaine de jours. La pose proprement dite va démarrer début août.

Internet ne tient qu’à un long fil. Hier, l’OPT a invité les médias locaux a visité l’Île de Batz, navire chargé de la pose du câble Natitua qui va relier une partie des Marquises et des Tuamotu au haut débit mondial.

Ce dernier est en train de recevoir sa cargaison, à savoir le câble proprement dit, d’une longueur de 2 800 kilomètres. L’opération va durer une quinzaine de jours à raison de quatre kilomètres par heure.

L’Île de Batz est le bateau de tous les superlatifs dans sa catégorie. Construit comme ses deux sisterships en 2001, il peut contenir 10 000 kilomètres de câble dans ses deux cuves gigantesques de plus de 8 mètres de haut soit une cargaison de 5 000 tonnes. Quarante-cinq marins sont embarqués et lors de la pose, ce sont près de 60 personnes qui travaillent à bord, par session de 12 heures, 24 heures sur 24.

En ce moment, 100 personnes, embauchées localement, travaillent au transfert du câble. Au sol, ce sont 20 personnes dont une petite dizaine de l’OPT, qui vont raccorder le câble à terre, tandis qu’une autre vingtaine de techniciens seront chargés du réseau hertzien, dans les semaines qui viennent. Ensemble, ils vont relier 20 îles au haut débit, dès la fin de l’année.

“Natitua n’est pas qu’un câble sous-marin, mais un câble sous-marin et un réseau de faisceaux hertziens”, a rappelé à juste titre, la cocheffe de projet Natitua à l’OPT (lire ci-dessous). La première connectée sera Hao. La vitesse de pose du câble va de 0,1 à 3 m/s, il faudra donc deux mois et demi pour
la pose de Natitua, qui a une durée de vie de 25 ans environ.

 

 

Mission en Alaska

 

L’Île de Batz a l’habitude de ces chantiers et a même été construit pour relier les continents américains et européens, d’une traite. Il revient d’une mission en Alaska, où la pose d’un câble de 70 kilomètres a duré plus de trois mois, un chantier de l’extrême. Le navire effectue de 7 à 8 000 kilomètres de pose de câble par an. Ce dernier, de fabrication française, fait 14 ou 17 mm de diamètre, selon qu’il est protégé ou non.

“Selon la profondeur, si la zone est soumise à des séismes ou une forte activité de pêche, le câble peut être plus ou moins protégé” a expliqué Julien Fournet, élève-officier à bord de l’Île de Batz (lire ci-dessous). Et bonne nouvelle pour les îles et atolls concernés, les vitesses de connexion devraient être fortement boostées, dès la mise en service de Natitua, prévue fin décembre.

 

Christophe Cozette

 

Cliquez sur la vignette pour l'agrandir

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

FEN_CC1_IleDeBatz

Le câble Natitua est déchargé puis enroulé à nouveau sur l’Île de Batz dans d’immenses cuves. (© Christophe Cozette)

FEN_CC4_IleDeBat

Un point de jonction qui servira à desservir une île ou un atoll. (© Christophe Cozette)

FEN_CC5_IleDeBat

Au bout de ce bout, Internet…

FEN_CC6_IleDeBat

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete