Habillage fond de site

Entretien entre le député Moetai Brotherson et le haut-commissaire Dominique Sorain

mardi 13 août 2019

Le député Moetai Brotherson et le haut-commissaire Dominique Sorain se sont entretenus hier matin sur des dossiers relatifs au Pays. Photo : Charles Taataroa

Le député Moetai Brotherson et le haut-commissaire Dominique Sorain se sont entretenus hier matin sur des dossiers relatifs au Pays. Photo : Charles Taataroa


Le député Moetai Brotherson et le haut-commissaire Dominique Sorain se sont rencontrés hier matin à la résidence du représentant de l’État à Papeete avec, au centre des discussions, plusieurs dossiers relatifs au Pays. Une rencontre que le député Moetai Brotherson a qualifié de très conviviale. Interview.

 

Qu’est-il ressorti de cet entretien avec le représentant de l’État en Polynésie française ?

D’abord, je lui ai souhaité la bienvenue. Je le connaissais déjà un peu puisqu’il était auparavant au cabinet de la ministre des Outre-mer Annick Girardin. On a discuté des sujets importants du moment. Il y en a plusieurs, notamment les contrats de convergences pour lesquels, pour l’instant, nous avons décidé de ne pas être intégrés. Il y a cette réflexion à savoir s’il est opportun pour nous d’aller vers ces contrats de convergences pour remplacer un peu l’ensemble des dispositifs qui existent aujourd’hui de la part de l’État.

 

En quoi consiste ces contrats de convergence ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs dispositifs qui permettent à l’État d’aider la Polynésie française : les contrats  de projets, le troisième instrument financier, etc. Le contrat de convergence permet de les regrouper en un seul outil.

En tout cas, c’est l’idée. Je pense qu’il (le haut-commissaire, NDLR) va entamer une solide discussion avec l’exécutif local, pour voir si c’est opportun ou pas. Je pense également que c’est au Pays de prendre des décisions là-dessus.

Ensuite, nous avons parlé du Fond européen de développement (FED). Je lui ai relayé une demande qui m’a été faite lors de ma tournée parlementaire que j’ai démarrée en juin. Les élus municipaux ne comprennent pas trop comment fonctionne les aides européennes qui existent. Donc ces élus aimeraient en savoir un peu plus sur ce dispositif, de manière à soumettre plus de dossiers, et surtout ceux sur lesquels ils peuvent espérer obtenir de l’aide européenne. Là-dessus, le haut-commissaire s’est montré très intéressé. Il va d’ailleurs demander à ses équipes de travailler sur cette demande des élus municipaux.

 

Quels ont été les autres dossiers évoqués ?

Nous avons évidemment discuté de la venue du chef de l’État, Emmanuel Macron, qui est toujours prévue en avril 2020. Et puis, il y a l’organisation éventuelle d’un “One planet summit” spécifique à la région Pacifique.”

 

Avez-vous abordé le dossier des anciens travailleurs de Moruroa et Fangataufa ?

Nous avons abordé le dossier des indemnisations du nucléaire. Je lui ai fait part de mes réserves concernant l’amendement qu’on appelle aujourd’hui “l’amendement Tetuanui”. Là-dessus, nous n’avons certainement pas les mêmes points de vue, mais je reste sur mon analyse. En tout cas, on va continuer de travailler pour améliorer tout ça.

 

Allez-vous à nouveau poursuivre votre tournée parlementaire dans les archipels de la Polynésie française ?

Je viens de revenir de l’Hexagone. J’y étais pour deux semaines pour travailler et je suis revenu hier soir (dimanche, NDLR). Je vais repartir dans les îles mercredi pour ma tournée parlementaire. Je vais démarrer par les Australes (Rimatara, Tubuai, Rurutu et Raivavae). Ensuite, j’irai aux Gambier. Tout ça jusqu’à la fin du mois. Ensuite, il me restera à faire Tahiti et Moorea.

 

Propos recueillis par C.T.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete