Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Éric Castellnou lance Tahitian Custom Cycles

mardi 1 août 2017

eric castellnou

Ex-mécanicien moto devenu technicien aéronautique, Éric Castellnou est un passionné incollable sur l’univers “de la bécane”. Il lance en Polynésie sa marque de beach bikes, Tahitian Custom Cycles, avec des modèles directement inspirés des vieilles motos. (© Damien Grivois)

À peine apparue sur le réseau Facebook, la page de Tahitian Custom Cycles a fait un carton avec plus de 1 000 visites en à peine quelques jours.

Il faut dire que les vélos customisés créés par Éric Castellnou ont “de la gueule” et qu’on ne passe pas inaperçu lorsqu’on est à leur guidon.

C’est une idée qui trottait dans la tête de ce biker passionné depuis son arrivée en Polynésie française en 2009 : lancer sa propre marque de beach bikes, ces fameux vélos à une seule vitesse qui ne freinent que par rétropédalage, avec des réalisations clairement inspirées de l’univers de la moto.

Il faut dire que la moto, cet entrepreneur de 46 ans, né à Lille, en connaît… un rayon. Devenu mécanicien moto avec un CAP spécialisé obtenu en six mois top chrono, Éric Castellnou a travaillé chez Voxan, le fameux constructeur français connu pour ses motos au design atypique, ainsi que pour la légendaire marque Harley-Davidson.

“J’ai fabriqué des choppers  (motos au style typiquement américain avec une fourche très longue, NDLR) et travaillé sur différents moteurs. Je me suis aussi fabriqué ma propre moto”, explique ce motard passionné devenu technicien aéronautique à son compte en 2003.

Il travaille comme patenté sous l’enseigne Cirrus Aerodesign pour Air Tahiti, Air Tahiti Nui, Sabena… Un job où l’on ne plaisante pas avec la précision ni la rigueur. “Les normes, la sécurité, ça me connaît”, explique-t-il lorsque l’on s’étonne de la présence de dispositifs réfléchissants sur les roues de ses vélos si originaux et à l’esprit pourtant rebelle. “Pour être homologués, il faut des catadioptres, alors j’en mets.”

 

Un rêve de vrai business

 

Feux arrière type Harley, poignées de guidon 100 % cuir, phares avec casquette comme sur les bécanes des années 1930, guidons “vintage” ou “bobber old school”, sans oublier une ultime personnalisation avec des traits de peinture “pin stripping” réalisés à main levée, projet en cours de tricycle customisé… Éric Castellnou se fait plaisir mais il garde les pieds sur terre.

“Avec l’arrivée en septembre des nouveaux ATR-600 chez Air Tahiti, on va me commander moins de travail”, prévoit-il. “Là, je suis en phase de test et de prospection. Je fabrique mes beach bikes chez moi, à Paea, et je me renseigne sur les dispositifs d’aide à la création d’activité”, admet-il. “Parce que  je voudrais me faire un nom, affirmer mon originalité et ouvrir mon propre magasin. C’est le but ultime, mais je dois m’assurer qu’il existe un marché sur ce segment hyperspécialisé.”

Éric Castellnou veut se positionner sur le marché des cycles avec cet esprit beach bike si particulier. Rouler tranquille (et sur le plat…) sur un vélo unique, c’est une philosophie totalement assumée.

“Et si je veux un double dérailleur arrière, des freins à disque et que je t’en commande 50, tu me les fais quand même ?” Réponse cash du biker : “Désolé mon gars, ça je fais pas et je le ferai pas.” En voilà un qui sait ce qu’il veut.

 

Damien Grivois

 

PLUS D’INFOS
Page Facebook : Tahitian Custom Cycles.

 

 

518
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete