Essais nucléaires britanniques en Océanie : Fidji décide de dédommager les vétérans

mercredi 28 janvier 2015

Le gouvernement des îles Fidji, ancienne colonie britannique jusqu’en 1970, a clairement laissé entendre en début de semaine son intention de prendre en charge lui-même le dédommagement des anciens travailleurs des essais nucléaires britanniques dans le Pacifique et dont les doléances traînent depuis des années devant les tribunaux londoniens.
 
Ces travailleurs se trouvaient sur zone, à bord de bateaux britanniques, lors des essais atmosphériques de la première bombe atomique britannique, testée entre 1956 et 1958 au large de l’île Christmas (Kiritimati).
Ce groupe est constitué de plus de soixante-dix Fidjiens, mais aussi de citoyens britanniques et Néo-zélandais.
Ils demandent dédommagement en raison des maladies dont ils souffrent depuis.
À Fidji, la Fiji Nuclear Test Veterans Association (FNTVA), qui s’est associée à une longue et épuisante bataille juridique devant les tribunaux britanniques, ces dix dernières années, estimait en 2009 que 189 individus, anciens travailleurs ou leurs survivants, seraient en position de revendiquer des dédommagements.
À l’origine, près de 300 anciens travailleurs de Fidji (alors colonie britannique) auraient participé à ces essais. Les deux tiers sont depuis décédés.
 
Le dédommagement des travailleurs fidjiens a été confirmé par le ministre de la Défense, Timoci Natuva, qui évoque une aide pour la prise en charge des soins médicaux. Sorte de reconnaissance officielle, tout du moins locale, des différentes maladies dont souffrent les survivants de cette campagne britannique d’essais.
Dans le budget 2015 le gouvernement fidjien avait provisionné une somme de 2,95 millions de dollars (soit environ 155 millions de Fcfp). Les bénéficiaires seront en priorité les survivants de ces essais, pour la plupart des anciens membres de la marine royale qui étaient embarqués sur des navires néo-zélandais.
Viendront ensuite les familles de personnes déjà décédées des suites de leucémies ou de maladies de peau.
De nombreux cas de malformations de leurs enfants à la naissance ont aussi été documentés.
À Londres, les anciens travailleurs océaniens continuent de se heurter à un mur.
 
Flash d’Océanie
 

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete