Habillage fond de site

En état d’ébriété, elle refuse de le conduire, il tente de l’immoler

mardi 18 septembre 2018

(© archives LDT)

(© archives LDT)

Elle n’a peut être eu la vie sauve que grâce à l’intervention de son fils présent dans la salle d’à côté et dont l’attention a été attiré lorsqu’il a entendu son père dire : “Je vais te tuer”, suivi du bruit d’un briquet en train de s’allumer.

“C’était juste pour lui faire peur”, explique E.L. à barre du tribunal où il a été jugé en comparution immédiate hier pour des faits survenus le 5 août à Pirae.

Une affaire qui aurait pu ne jamais voir le jour sans l’intervention de la victime et notamment de son fils. La victime, la conjointe de E.L., a longtemps nié avant de reconnaître l’évidence. Condamné pour un délit de fuite après avoir causé des blessures involontaires, E.L. bénéficiait d’une peine aménageable prévoyant notamment d’être présent aux entretiens chez son conseiller de probation.

C’est à l’occasion du dernier rendez-vous qu’il a signalé cet excès de violence. Ce jour-là, après un après-midi à boire à Punaauia, le couple doit renter dans son foyer à Pirae. Conscient d’avoir trop bu, l’homme refuse de prendre le volant et confie la clé à sa femme.

Cette dernière est également bien éméchée mais son conjoint l’oblige à prendre la route. En chemin, elle préfère cependant faire une pause sur la RDO. C’est ce qui va provoquer la colère de son homme, sans prévenir.

De retour à la maison, la femme explique qu’elle sortait de sa douche et a été surprise de voir son mari l’asperger de la poitrine jusqu’au pied avec une bouteille de 2 litres remplie d’essence.

“Je ne sais pas ce qui lui a pris”, a-t-elle expliqué aux gendarmes et d’ajouter au moment où l’homme a allumé son briquet : “Je me voyais brûler”.

L’arrivée du fils évitera donc un drame de plus grande ampleur. “Ce n’était pas prémédité”, a expliqué l’avocate du prévenu selon qui ce geste était destiné “à la faire cesser de crier”. Alors que le procureur avait requis 18 mois de prison, E.T. a finalement été conduit à Nuutania pour un an. Il devra aussi verser 300 000 F à sa conjointe au titre du préjudice moral.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete