États-Unis – Après la tuerie d’Orlando qui a fait 49 morts

    mercredi 15 juin 2016

    L’épouse de l’auteur du carnage à Orlando, Noor Mateen, sentait que quelque chose allait  se passer et a, semble-t-il, tenté de le dissuader, selon plusieurs télévisions américaines. (Crédit DR)

    L’épouse de l’auteur du carnage à Orlando, Noor Mateen, sentait que quelque chose allait se passer et a, semble-t-il, tenté de le dissuader, selon plusieurs télévisions américaines. (Crédit DR)

    Le tueur qui a commis un massacre au nom du groupe État islamique (EI) dans un bar gay d’Orlando (États-Unis) où il semblait avoir ses habitudes, “était un jeune homme en colère, dérangé et instable qui s’est radicalisé”.
    En quelques mots, le président Obama a dressé hier le portrait d’Omar Mateen, 29 ans, qui a attaqué dimanche au petit matin le Pulse, boîte de nuit très en vogue, avec un fusil semi-automatique et une arme de poing, commettant le pire attentat aux États-Unis depuis le 11-Septembre.
    Barack Obama ira demain à Orlando pour rendre hommage aux victimes et apporter son soutien à la communauté homosexuelle. “Je tiens à rappeler que vous n’êtes pas seuls”, a-t-il dit lors d’une allocution solennelle.
    Le président américain s’en est également violemment pris au candidat républicain à la présidentielle Donald Trump pour sa rhétorique incendiaire sur les musulmans.
    “Loup solitaire”
    “On a aujourd’hui des propositions du probable candidat républicain à la présidence des États-Unis qui veut interdire à tous les musulmans de venir en Amérique (…). Jusqu’où cela ira-t-il? Le tueur d’Orlando, ceux de San Bernardino ou celui de Fort Hood sont tous des citoyens américains”, a-t-il rappelé. “Allons-nous commencer à traiter tous les musulmans américains différemment ?”
    En Floride, la personnalité complexe du tueur, abattu par la police, se précisait hier. Son épouse, Noor Mateen, sentait que quelque chose allait se passer et a, semble-t-il, tenté de le dissuader, selon plusieurs télévisions américaines. Elle a été arrêtée, mais coopère avec les autorités et pourrait être poursuivie en justice, selon ces mêmes sources, une information que la police fédérale (FBI) n’a pas voulu confirmer.
    Omar Mateen, musulman pratiquant, avait été interrogé à plusieurs reprises par le FBI mais sans suite. Les enquêteurs privilégient la piste du “loup solitaire” radicalisé sur Internet et inspiré par diverses organisations, sans pour autant avoir été dirigé par celles-ci.
    Le père d’Omar Mateen a fait état de l’homophobie de son fils, qui était lui-même père d’un petit garçon. Mais plusieurs médias évoquaient l’homosexualité cachée du tueur, de nombreux témoignages rapportant qu’il avait fréquenté le Pulse à plusieurs reprises et qu’il utilisait des applications de rencontres gays.
    Un ancien élève de sa promotion à l’académie de police d’Indian River Community College, où il a étudié en 2006, a lui assuré au quotidien Palm Beach Post qu’Omar Mateen lui avait fait des avances.
    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete