Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Une étude sanitaire pour comparer l’imprégnation aux polluants industriels de la population de Hao et Makemo

mercredi 2 août 2017

hao

Dans la continuité des études environnementales menées sur l’atoll de Hao visant à mettre en évidence un impact éventuel des activités militaires, une étude sanitaire et d’imprégnation sollicitée par la Direction de la santé a été réalisée par l’Institut Louis Malardé en partenariat avec une équipe du Québec (CHU de Québec – Université Laval).

L’objectif de cette étude était de comparer l’imprégnation aux polluants industriels de la population de l’atoll de Hao à celle de la population de l’atoll de Makemo, considérée comme témoin. Les concentrations sanguines en polluants tels que le mercure, le plomb, le cadmium, les composés organochlorés dont les polychlorobiphényles (PCB) ou encore les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont ainsi été comparées.

Les résultats de l’étude montrent que le seul polluant présent de façon significativement plus importante dans la population de Hao concerne les PCB. Mais les niveaux observés sont 20 fois inférieurs au seuil d’alerte. Ils sont donc sans risques pour les populations en termes de santé publique. Il demeure le seul marqueur d’une activité industrielle antérieure.

L’étude a mis également en exergue une imprégnation au plomb et au mercure au niveau des deux populations de Hao et de Makemo, légèrement plus importante pour le plomb dans la population de Hao et de façon identique pour le mercure dans les deux atolls. L’activité industrielle antérieure de Hao ne permet pas d’expliquer cet état de fait. Des enquêtes complémentaires seront ainsi menées pour déterminer la source d’exposition au plomb.

Concernant l’imprégnation au mercure, comme cela avait déjà été constaté lors d’études antérieures aux Australes ou à Tahiti, la source principale d’exposition est la consommation importante de poissons pélagiques carnivores les plus contaminés au méthylmercure comme le requin, l’espadon, le marlin. Considérant que le système nerveux central constitue l’organe cible de l’effet toxique du mercure, à titre de précaution, la recommandation, déjà délivrée et toujours d’actualité, est de favoriser la consommation diversifiée des différentes espèces de poissons en particulier par les femmes enceintes et allaitantes et les jeunes enfants sans privilégier la consommation de poissons pélagiques susceptibles d’être fortement contaminés par le méthymercure. Il est rappelé que la consommation de poissons apporte des bénéfices nutritionnels, des éléments essentiels protecteurs de la santé.

 

 

 

10
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Les extractions doivent-elles se poursuivre dans la vallée de la Papeno'o ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete