Euro Millions – Ce qui attend le gagnant des 145 millions de francs

    jeudi 12 mai 2016

    À la direction de la Pacifique des jeux, à Papeete, tout le personnel est prêt à accueillir le dernier gros gagnant local de l’Euro Millions. Celui qui, mardi, a validé les cinq bons numéros et l’une des deux bonnes étoiles, synonyme d’un jackpot d’un montant d’un peu plus de 145 millions de francs.
    Mais l’heureux élu ne s’était toujours pas manifesté, hier. Rien d’anormal pour autant. “Certains viennent le premier jour, d’autres attendent le soixantième et dernier, il n’y a pas de règle”, constate Guillaume Reynaud, le directeur commercial et marketing de la Pacifique des jeux. Et celui-ci d’ajouter : “Quand le gagnant est prêt, il vient nous voir. Il arrive avec son reçu, généralement comme n’importe quel client.”

    Sauf que lorsque le gain est supérieur à 60 millions de francs, un processus se met automatiquement en place. D’abord, la Pacifique des jeux vérifie minutieusement l’authenticité du reçu, ce qui prend en moyenne une semaine, avant que le chèque ne soit remis au chanceux. Celui-ci peut également bénéficier d’un accompagnement s’il le souhaite, car empocher une grosse somme de façon inattendue constitue souvent un véritable “bouleversement”. “On passe du rêve à la réalité. Il y a une période transitoire qui peut déstabiliser. Nous allons tranquilliser le gagnant.

    Il n’est pas le premier, ni le dernier”, explique, pragmatique, Guillaume Reynaud.
    La quasi-totalité de ces gros gagnants demande à garder l’anonymat, ce que leur déconseille pourtant la direction de la Pacifique des jeux. Car dire à ses proches que l’on est devenu millionnaire, voire milliardaire, permet de mieux “appréhender le gain”.

    Record de gros gagnants au fenua

    En revanche, aucun conseil n’est donné pour ce qui est des placements financiers. “Ce n’est pas notre rôle”, coupe Guillaume Reynaud. “En général, les gens placent l’argent pour assurer l’avenir. Ils se font quelques plaisirs en biens de consommation mais, surtout, soldent leurs dettes”, précise-t-il. D’ailleurs, les gros gagnants du fenua ne flambent pas, selon lui. “Ils sont responsables et prévoyants. Il n’y a pas eu de dépenses somptuaires. J’en croise même certains au supermarché, lorsque je fais mes courses. Nos joueurs n’ont pas le même rapport au jeu, ni au gain qu’ailleurs.”

    Le gagnant du tirage de mardi empochera le 19e plus gros gain jamais enregistré au fenua. Le montant de son chèque aurait cependant pu être bien moindre. En novembre 2014, un autre Polynésien avait aussi obtenu les cinq bons numéros et l’une des deux bonnes étoiles, mais n’avait encaissé, lui, “que” 14 millions de francs. La raison ? Ils étaient treize sur toute l’Europe dans le même cas de figure. Le gagnant de mardi est, pour sa part, le seul à avoir obtenu la bonne combinaison. Un autre coup de chance.

    Et la baraka ne semble pas quitter le fenua. Depuis 1991, la Pacifique des jeux ne compte plus le nombre de ses gros gagnants. En vingt-cinq ans, quatre Polynésiens ont empoché plus d’un milliard de francs, 22 plus de 100 millions de francs et 80 plus de dix millions de francs. Un record au regard du nombre d’habitants. Et ce, d’autant, qu’ici, “on joue 1,5 fois moins qu’en métropole”, note Guillaume Reynaud. “Les Polynésiens ne sont pas très joueurs. Par contre, ils sont très gagnants.” Croisons les doigts pour que cela dure.

    J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete