Exceptionnel : un Stradivarius en Polynésie

jeudi 9 avril 2015

“Entre musique savante et légère”, tel est le programme prévu par deux talents de la musique classique, Nicolas Dautricourt (violon) et Dominique Plancade (piano), invités le premier pour la 3e fois et le second pour la première fois par Musique en Polynésie (MEP), pour deux concerts exceptionnels à plus d’un titre. Outre le talent de ces musiciens, Nicolas Dautricourt n’est pas venu avec n’importe quel instrument mais avec un des Stradivarius existants, violon de légende, créé par Stradivari à 1 000 exemplaires entre le XVIIe  et XVIIIe siècle à Crémone en Italie. 
Selon Wikipedia, il reste environ 696 Stradivarius de par le monde. Toujours selon l’encyclopédie libre, “les prix de ces instruments prestigieux ne cessent de grimper. En juin 2011, un nouveau record est établi avec la vente du violon Lady Blunt à un prix de 11 millions d’euros”, chaque propriétaire ayant le droit de donner un nom à cette Rolls des instruments à corde, une fois le précieux sésame acquis. C’est le cas pour celui-ci, présent à Tahiti et utilisé par Nicolas depuis janvier 2014, le “Château Fombrauge”, réalisé en 1713 et acquis par “Bernard Magrez qui est un grand monsieur dans les affaires dans le domaine du vin et qui possède de nombreux châteaux, des grands crus classés de Bordeaux”. 
Son prix ? “Cela se chiffre en millions d’euros”, assure Nicolas, serein néanmoins et qui en est à son troisième séjour au fenua mais le premier avec un Stradivarius. “C’est devenu un lien presque familial avec Jean-Louis Larrey (président de l’association, ndlr) et MEP, tout au long de l’année nous échangeons sur divers sujets. Nous sommes plongés dans une certaine allégresse, nous avons noué quelque chose de fort, qui va au-delà de la musique”, avoue celui qui nous a sublimés l’ouïe hier matin, lors de la conférence de presse, avec son instrument de légende. 
Hormis cette œuvre d’art, Nicolas Dautricourt est venu accompagné de Dominique Plancade, lui aussi au CV long comme un concert philharmonique. Ces deux-là jouent ensemble depuis plus de 20 ans et ont commencé leur amitié via le poker. À part le piano, Dominique Plancade aime la musique électro – “là où s’est passé le plus de choses depuis ces dix dernières années”, alors que Nicolas Dautricourt avoue un penchant appuyé pour le jazz, pour lequel il prépare un projet, entre deux concerts, armé de son Stradivarius. 
Quant au programme qu’ils interpréteront lors de ces deux concerts, une batterie d’œuvres, entre le “sérieux et le festif”, “est prête à être jouée” même si tout peut changer “trois quatre heures” avant selon Nicolas Dautricourt. “Trois, quatre minutes même avant”, s’amuse Dominique Plancade, qui se “prend parfois pour un juke-box”. “La musique classique gagnerait à se pourvoir d’un peu de spontanéité” ne manque pas presque de chanter Nicolas Dautricourt. Quant à nous, nous gagnerons à les écouter et les voir sublimer la musique. 

Christophe Cozette

Pratique

Les deux concerts de Nicolas Dautricourt (violon) et Dominique Plancade (piano) :
– dimanche à 17 heures au Méridien Tahiti,
– vendredi prochain, à 20 heures, au conservatoire artistique de la Polynésie française.
Deux programmes différents avec des œuvres de Brahms, Debussy, Kreisler, Piazzolla, Ravel, Saint-Saëns, Sibelius, Suk.
Adhérents à Musique en Polynésie : 40.42.47.54. 
Non-adhérents : 87.78.93.07/87.78.60.51
Site : www.musique-en-polynesie.cim 
Facebook : Musique en Polynésie. 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete