Explosions de couleurs dans la capitale

    mercredi 6 mai 2015

    C’est tellement fantastique ce qui arrive à notre bonne vieille ville de Papeete grâce au Festival international du graffiti, second du nom, Ono’u, qu’il faudrait même le graffer. Mais hier, c’était le vocabulaire ma’ohi qui était mis à l’honneur, pour ce premier jour de compétition officielle.
    Le rendez-vous était fixé à 9 heures pour la trentaine de graffeurs, dont cinq Polynésiens – Abuz, Cher1, Jops, Poiti, Sajme – et le thème du jour étaient les mots de Polynésie. 
    Chaque compétiteur, en début de matinée, a tiré un mot polynésien (lire ci-dessous) au hasard ainsi qu’un emplacement (de 1 à 30). Chacun s’est vu remettre ensuite vingt bombes de peinture – les mêmes pour tout le monde – et c’est aux alentours de 9 h 30 que la trentaine d’artistes (quelques désistements de dernière minute ont eu lieu, ils sont 27 au total) se sont mis en branle, toutes buses dehors.
    Masqué ou non, le plus souvent couvert d’une casquette et très souvent recouvert de tatouages, seul ou en couple, en musique ou pas, chaque compétiteur a dégainé ses bombes, tout en jouant avec son mot. 

    Sous les encouragements des passants 

    Très vite, le voisinage n’a pas hésité à regarder de plus près la progression des œuvres, certaines avançant à vitesse grand V. 
    “J’ai amené mon papa invalide regarder le spectacle”, raconte Maeva, qui n’a rien raté du show urbain. “C’est beau”, n’a pas manqué de dire le papa de Maeva, 70 ans et des poussières.
    Alors que les stars poursuivent leurs fresques géantes aux quatre coins de la ville, à l’instar du Belge Roa et son crabe, qui fait face à la Sud-Africaine Faith 47 et sa vahine, en action sur le mur (300 m2) de l’immeuble Te Toa Arai (ex-GIP), les compétiteurs ont fait le spectacle, hier, comme Poiti, tatoueur du fenua, installé à Rennes en Bretagne (lire ci-dessous). 
    Nombreux ont également été les encouragements des automobilistes, dont les passagers n’ont pas hésité à sortir leurs smartphones pour immortaliser le moment. 
    À noter un petit changement dans la compétition. Chaque soir, un prix spécial devait être décerné mais au final, les prix quotidiens seront dévoilés après les quatre jours de compétition, vendredi soir. 
    Après avoir cumulé la meilleure note si possible chaque jour, les 10 finalistes seront connus, pour l’ultime battle, samedi dès 13 heures, dans les jardins de la mairie de Papeete. 
    Mais aujourd’hui, les 27 mercenaires de l’aérosol se donnent rendez-vous à Taunoa, à l’école Sainte-Thérèse. Quoi qu’il en soit, ils sont d’ores et déjà tous vainqueurs, à nos yeux. 

    Christophe Cozette

    Retrouvez également notre diaporama présentant les oeuvres réalisées jusqu’à aujourd’hui.

    Pito 2015-05-06 11:51:00
    C'était extra de voir cela, à mon goût il y a des choses qui ne me plaisent pas, mais quel bonheur de voir ces graffeurs orner les murs du stade.
    Il me tarde de voir les dessins finis sur les grands murs dans Papeete.
    Belle manifestation.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete