Habillage fond de site

Extractions de sable à l’embouchure de la Fautaua: les riverains inquiets

jeudi 6 décembre 2018

FEN_CC2_ExtractionFaataua

Dans le jargon journalistique, le marronnier est un sujet qui revient de façon cyclique. Les extractions de sable à l’embouchure de la Fautaua, à Pirae, en sont un. Depuis mardi, à nouveau. En septembre 2015, en février et septembre 2016 mais aussi en février 2017, La Dépêche de Tahiti constatait, alertée par des riverains, des extractions et des curages de l’embouchure de la rivière de Pirae.

Certaines actions sont communales, d’autres à l’initiative du Pays mais le fiu des riverains est total.

On nous dit que c’est pour empêcher des enfants de ‘chape’ de l’école mais je ne vois pas ce que l’Équipement vient y faire. Cela concerne l’éducation”, s’émeut Marotea Vitrac, président de l’association familiale Barrier, du quartier éponyme, porte-parole des riverains (lire interview).

On a l’impression d’être pris un peu pour des jambons, et ce n’est pas très agréable”, estime ce propriétaire.

En effet, pour l’avoir constaté hier, les enfants du collège Maco-Tevane, situé de l’autre côté de la rivière, “chapent” mais les courriers des riverains restent lettre morte, depuis un an maintenant.

Pour l’instant, on n’a pas récupéré grand-chose, on ne va pas casser toute la plage”, nous a t-on expliqué du côté de ceux qui enlèvent du sable. “Les riverains, à chaque fois qu’on fait des choses pour eux, ils viennent et nous embêtent.”

L’autorisation brandie concernerait un volume de sable de 300 m2 mais en février 2016, c’était 500 m3 de sable déplacés. Et 1 000 m3 six mois plus tard, laissant les riverains se demander “si ce n’est pas seulement un business”. Selon nos informations, le chantier devrait durer trois semaines.

Comme l’avait diagnostiqué le plan rivières en avril 2016, Tahiti compte 130 rivières et 39 % (soit une trentaine environ) sont fortement dégradées et classées “à réhabiliter”. Le coût total étant estimé à près de 16 milliards de francs, à trouver sur dix ans.

Ce sont des travaux de curage avec extraction pour dégager l’embouchure”, nous avait expliqué le chef du groupement “Étude et gestion du domaine public”, à la direction de l’Équipement, en septembre 2016.

Ce sont des travaux d’entretien préventifs, à l’approche de la saison des pluies, pour éviter des accumulations de matériaux qui peuvent causer des inondations en amont”, a hier expliqué le service de l’Équipement à nos confrères de TNTV, venus eux aussi sur les lieux de ce “curage”. Pendant ce temps-là, les riverains observent le ballet des camions.

 

Christophe Cozette

 

 

3 questions à…

Marotea Vitrac

Président de l’association familiale Barrier du quartier

Ce n’est pas la première fois. Vous avez déjà sollicité les autorités ?

Oui, ce n’est pas la première fois qu’il y a des problèmes de curage à la rivière Fautaua, à l’embouchure. Le vrai problème, c’est qu’on a déjà sollicité des entretiens à la mairie pour qu’on explique le fondement de ces curages, mais on ne nous a jamais reçus. Nous sommes inquiets, il y a eu une grande quantité de sable qui a été déplacée. On nous montre des autorisations, certes. Mais qu’on nous prévienne à l’avance quand il va y avoir ces curages, et qu’ils nous garantissent qu’il n’y a pas de danger pour nos propriétés. Car vu les quantités de sable ramassées, on est en droit de se poser des questions.

Il y a pourtant bien un panneau qui indique qu’il est interdit de prendre du sable…

Oui, en effet, mais j’ai des doutes sur ces curages. Vu les quantités récoltées, on se demande si ce n’est pas seulement un business. On parle de protection de l’environnement et on vient avec des engins retirer des quantités énormes. En tant que riverain, je pense que ce n’est pas trop demandé qu’on soit rassurés et informés de ce qui se passe.

On a connu de nombreux problèmes de rivières bouchées, tout de même, non ?

Nous ne sommes pas du tout contre le curage des rivières, surtout après les événements qu’on a connus, ces deux dernières années, avec diverses catastrophes. Mais là, on ne cure pas la rivière, on prélève du sable sur la plage. Ce n’est pas la même chose. Si c’est l’entretien de la rivière, on est complètement pour. Mais pourquoi ne pas être prévenus ? On nous dit que c’est pour empêcher des enfants de “chape” de l’école mais je ne vois pas ce que l’Équipement vient y faire. Cela concerne l’éducation. On a l’impression d’être pris un peu pour des jambons et ce n’est pas très agréable.”

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete