FAA’A – Plan communal de sauvegarde : La commune ne veut pas revivre le cauchemar de 1983

    lundi 19 octobre 2015

    Huit secteurs à risques ont été recensés à Faa’a. Trente-six abris ont été répertoriés et pourront accueillir un peu plus de 3 000 personnes. Cette semaine, la commune interviendra dans les quartiers pour sensibiliser et informer la population aux risques cycloniques.

    Le souvenir du cyclone de 1983 est encore bien présent à Faa’a. “La commune de Faa’a a été l’une des communes les plus touchées par le cyclone”, se souvient Charles Vanaa, chef des pompiers de la commune. Pour ne pas revivre le même cauchemar, la commune a consolidé son plan communal de sauvegarde (PCS), en cas d’alerte cyclonique. Huit secteurs à risque ont été recensés dans la commune. Il s’agit surtout de zones où les habitations ne sont pas assez solides pour résister à un cyclone.
    “Ce sont par exemple les plus anciens quartiers de la commune, où les maisons ont été construites il y a plusieurs années. Leurs habitants les ont agrandies à leur façon, sans forcement tenir compte des règles de construction anticyclonique. En cas de cyclones, ce sont ces zones d’habitation qui sont le plus exposées”, explique Charles Vanaa. La plus grosse partie de ces habitations se situe sur le littoral, mais il y a également des zones localisées à Pamatai, autour du collège Henri-Hiro ou derrière le lycée professionnel.
    Charles Vanaa ajoute : “Ça ne veut pas dire qu’ailleurs les maisons ne risquent pas de casser, mais nous, on se concentre sur les zones les plus sensibles”.
    La commune estime qu’un millier de personnes sera à évacuer si le risque cyclonique se précise. Trente-six abris, répartis un peu partout dans la commune ont été répertoriés : 15 écoles, cinq salles omnisports et les 16 salles paroissiales. Ils pourront accueillir un peu plus de 3 000 personnes.

    Se préparer dès maintenant

    La priorité sera donnée aux salles omnisports et aux paroisses, car après le passage d’un cyclone, il est préférable que les écoles soient opérationnelles pour permettre une continuité de l’éducation.
    “Pour permettre aux gens de se relever, de reconstruire leur vie, autant mettre ses enfants à l’école”, explique Charles Vanaa.
    Cette semaine, la commune interviendra dans les quartiers. “On va informer la population, l’inciter à ne pas attendre le dernier moment et à se préparer dès maintenant : il faut qu’ils pensent à protéger ses documents importants, à faire des réserves de nourriture et d’eau pour tenir trois jours. On va également lui demander de se faire recenser si elle veut être évacuée. En cas de tsunami, on fait évacuer tout le monde. Mais dans le cas d’un cyclone, c’est différent. Rien n’oblige les gens à partir de chez eux”, informe Charles Vanaa.
    Depuis quelques semaines, le service d’aménagement de la mairie a commencé à élaguer certains arbres à risques. Les particuliers semblent s’être déjà bien activés car la commune a remarqué une nette augmentation des déchets verts à ramasser depuis l’annonce de Météo France. Les services techniques communaux ont attaqué le curage des cours d’eau. “Normalement c’est au Pays de s’en occuper, mais s’il ne le fait pas, on est bien obligé de le faire, car on pense d’abord à la sécurité de notre population”, raconte Charles Vanaa. La commune s’est également attelée au nettoyage des caniveaux. Si l’alerte cyclonique est déclenchée, Faa’a tiendra sa cellule de crise dans le bureau de la direction générale des services, située à la mairie.
    Au cas où cette cellule de crise venait à être détruite par le cyclone, le poste de commandement sera transféré dans les bureaux des services techniques à Vaitea, dans le quartier de Saint-Hilaire. En cas de coupure de courant, des groupes électrogènes ont été prévus pour maintenir la cellule de crise active. Faa’a procédera à un exercice jeudi pour vérifier que son PCS et sa cellule de crise sont bien rodés. 

    É.P.
     

    Infos pratiques

    La commune organise des réunions d’informations publiques, qui porteront sur la présentation du plan communal de sauvegarde (PCS), la liste des lieux d’abris, le recensement des personnes et des malades maintenus à domicile qui souhaitent intégrer le programme d’évacuation vers un lieu d’abri.

    – Lundi 19 octobre :
    à l’école Vaiaha, de 18 heures à 20 heures ;
    sur la place Outuaraea, de 18 heures à 20 heures.
    – Mardi 20 octobre :
    à la mairie de Faa’a au bâtiment Rautea de 18 heures à 20 heures ;
    sur le parking de la boulangerie Point Chaud, de 18 heures à 20 heures.
    – Mercredi 21 octobre :

    à la salle polyvalente de l’Église Christ-Roi, de 19 heures à 21 heures ;
    sur le parking du dispensaire Mont-Sinaï, de 18 heures à 20 heures.
    – Jeudi 22 octobre :
    au fare va’a de la marina de Vaitupa, de 18 heures à 20 heures.
    L’ensemble de la population est invité à assister aux réunions afin de disposer de toutes les informations utiles et pratiques. Pour tous renseignements, veuillez vous rapprocher du standard de la mairie au 40.80.09.60.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete