Habillage fond de site

Fa’afaite revenue de Hawaii sans instruments de mesure modernes

vendredi 28 juillet 2017

Fa'afaite

Après 24 jours en mer, Fa’afaite et son équipage enfin de retour au fenua. (© Photo : Élénore Pelletier)


Jeudi, 13h20. Fa’afaite fait son entrée dans la rade de Papeete. Sur le quai, la famille et les amis des navigateurs s’étaient fixé rendez-vous pour accueillir l’équipage comme il se doit, au son des pu et des ukulele. Après plus de trois semaines en mer, l’équipage 100 % polynésien a accompli l’exploit de relier Hawaii à Tahiti, uniquement à la lecture des étoiles, du courant et de son intuition.

 

”Mamiii !!!!! ” crie une fillette sur la digue, en agitant les bras, au moment où Fa’afaite entre dans la passe de Papeete escorté par un petit va’a blanc.
Cela fait plus de 24 jours qu’elle n’a pas vu sa grand- mère, qui avait embarqué le 3 juillet  à bord de la pirogue à voile, au départ de Hawaii.
Les pu se font entendre. Fa’afaite, majestueuse, fait son entrée à Papeete. Un bateau à moteur l’accueille en faisant jaillir de la mer, une gerbe d’eau avec l’hélice de son moteur, arrosant les douze navigateurs à bord. Arrivée discrète mais grandiose.

“Depuis ce matin, impossible de me concentrer… J’attends cette arrivée avec tellement d’impatience. Je crois bien que je viens de vivre les minutes les plus longues de ma vie”, confie une femme de matelot, encore émue.
La grande pirogue à voile poursuit sa route jusqu’au quai de l’école maritime, où un petit groupe de gens attendent les aito, colliers de fleurs et ukulele à la main. Les pu se répondent du quai au bateau. Une grosse caisse résonne, et des voix entonnent des chants de bienvenue. “Maeva i Tahiti, Fa’afaite !”

 

“Ils en ont dans le short !”

 

Les marins lancent les amarres ; c’est la fin du voyage. Place aux retrouvailles. On pleure d’émotion à bord, mais aussi sur le quai. On s’embrasse, on se sert dans les bras, on se distribue des colliers de fleurs et de feuilles, on se félicite.

“Regarde comme il a changé, le petit”, dit une dame à son tane, en désignant un grand matelot à lunettes noires. “Quel courage !”, “Ils en ont dans le short !”, s’exclament les uns et les autres. Les retrouvailles s’éternisent sans que les matelots ne quittent leur embarcation, et leur famille, le quai. L’impression qu’on veut faire durer ce moment tant attendu… Savourer ces minutes délicieuses…

C’est le moment de la prière. Tout le monde se tient par la main par-dessus les garde-corps du bateau. Union de la terre et de la mer. Moment mystique.
On se souvient. Le 16 mai, Fa’afaite partait à l’assaut du Pacifique aux côtés de deux de ses “camarades”, la mythique Hokule’a et la petite  Okeanos Marshall. L’objectif : relier ensemble Tahiti à Hawai, sans instruments de mesure modernes, mais uniquement grâce à la lecture des étoiles, des courants et des sens…

Si pour le voyage “aller”, deux Hawaiens, fins connaisseurs de ce type de navigation étaient montés à bord pour prêter main forte à l’équipage de Fa’afaite, le voyage retour s’est, quant à lui, fait sans eux. C’est donc un équipage 100 % polynésien qui a réussi l’exploit de rentrer “au fenua” en employant uniquement les méthodes de navigation exceptionnelle… Un art qui s’est perdu depuis bien longtemps chez nous.
Après plus de trois semaines en mer sans voir ni île, ni oiseaux, ni l’ombre d’un cocotier, l’équipage est arrivé à Makatea, mercredi après- midi, avant de faire cap sur Tahiti. Malheureusement, hier, à l’approche des côtes de Pirae, le vent est tombé, ralentissant l’embarcation sur la fin de son voyage.

Finalement, c’est à 13 h 30 que la grande dame des mers a enfin fait son apparition, dans la rade de Papeete, avec à son bord six femmes et six hommes fatigués, mais heureux, les yeux pétillants et la tête remplie d’histoire et d’aventures….
Il va sûrement leur falloir quelques jours, à ces marins-là, pour se réhabituer à la terre ferme et reprendre une vie normale.

 

fa'afaite

Les retrouvailles promettent d’être intense. Depuis l’entrée de la pirogue dans la rade de Papeete à son amarrage
au quai, cette fillette hurle “mamiii”. Voilà plus de 24 jours que la fillette n’a pas vu sa mamie qui a embarqué à bord de Fa’afaite depuis Hawaii. (Photo : Élénore Pelletier)

É.P.

 

Capture d’écran 2017-07-28 à 09.34.00

(Cliquez pour agrandir l’interview)

Orianne Obrize
321
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete