Faaone – L’opposition au projet de barrage hydroélectrique s’organise

    mercredi 30 décembre 2015

    Hier matin, Dany Pittman avait convié à son domicile de Faaone, bordé par les eaux de la Vai’iha, les membres et représentants d’associations de Tahiti, mobilisées en faveur de la préservation de l’environnement et du respect des droits des propriétaires terriens. La présidente de l’association Taatiraa o te Mau Fatu Fenua no te Faa no Pape’iha – Vai’iha est revenue sur le bilan de cette fin d’année, depuis sa nomination le 10 octobre.
    “Nous avons tenu une réunion avec les membres de l’association et, en accord avec les fatu fenua, nous avons décidé de mettre en place ce grand panneau à l’entrée de la vallée, et d’autres, plus petits, sur chaque terre, pour renouveler notre opposition à ce projet”, précise-t-elle. La pancarte principale, visible depuis la route, est on ne peut plus claire, affichant en lettres blanches sur fond rouge : “Non au projet des barrages hydroélectriques”.
    Au total, quinze panneaux ont été installés dans le courant du mois de décembre. Les membres de l’association attendent le retour du beau temps pour finaliser la mise en place d’une trentaine de panneaux supplémentaires, d’un bout à l’autre de la vallée, correspondant à un parcours de 32 km aller-retour. “Nous voulons une fois encore interpeller le gouvernement, et plus largement la Polynésie. Cela suffit ! On va détruire cette vallée, puis les autres : et après, on fera quoi ?”, s’inquiète Dany Pittman, qui reste actuellement en attente d’une réponse, suite à un courrier adressé au président du Pays le 23 novembre.

    Arrêt des extractions et étude d’impact

    L’association projette par ailleurs de convier le gouvernement à la mairie de Faaone, le 22 mars prochain, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. “Nous voulons une nouvelle fois les rencontrer pour leur dire que nous maintenons notre position. Nous sommes conscients de tout ce qui pourrait être détruit et nous pensons avant tout aux générations futures. Bien sûr, nous n’oublions pas qu’il existe des alternatives, comme les éoliennes ou le solaire. Il y a ce qu’il faut, alors pourquoi détruire cette vallée ?”, s’interroge-t-elle à nouveau, en s’appuyant sur la présence d’espèces endémiques protégées, mais aussi de sites archéologiques.
    Dans un premier temps, l’association aurait obtenu l’arrêt des extractions, effectif d’ici quelques jours, dans l’attente de la réalisation d’une étude d’impact sur l’environnement, réclamée depuis 2014. “Il y a tellement d’autres choses à faire dans cette vallée. Il faut la sanctuariser et on va se battre pour ça !”, ajoute Dany Pittman.
    En 2016, l’association prévoit ainsi de poursuivre le tracé d’un sentier d’accès au plateau de Viriviriterai, ainsi que la construction en matériaux naturels d’une passerelle et de trois refuges à destination de la jeunesse. Les randonnées de sensibilisation pourraient reprendre dès le mois de mars, tandis que deux bivouacs d’une semaine sont d’ores et déjà programmés pour le mois de juillet.

    A-C.B.

    Lire aussi les témoignages dans La Dépêche de Tahiti

    poko lala 2015-12-31 06:57:00
    Éclairez vous a la bougie et y'aura pas de barrage.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete