Fakarava – Bon vent à Te Maru O Havaiki !

    samedi 10 octobre 2015

    Après plus de cinq mois de construction, la pirogue traditionnelle Te Maru O Havaiki a rejoint son élément, le lagon de Fakarava. Toute la population et de nombreux visiteurs ont fêté son baptême, mardi, sous une pluie… de fleurs. Après plus de 50 ans d’absence, ce mode de navigation traditionnel va permettre de mener des études scientifiques et des programmes pédagogiques et éco-touristiques.

    Mardi dernier se déroulait à Fakarava la cérémonie d’inauguration de la pirogue à voile Te Maru O Havaiki dont la construction avait débuté le 15 avril dernier. L’association de Renouveau du Va’a Motu des Tuamotu avait convié toute la population, ainsi que les visiteurs et touristes. Les anciens étaient à l’honneur car c’est bien eux les derniers à avoir vu un baptême de pirogue à voile à Fakarava, il y a plus de 50 ans ! Les enfants étaient tous présents avec les professeurs de l’école dirigée par Chantal Fauura. Une cérémonie pleine d’émotion qui restera longtemps gravée dans la mémoire des habitants de Fakarava.
    Voilà quelques jours que l’on sentait l’événement venir à Fakarava. L’ébullition aux abords du chantier était bien palpable, la population plus qu’attentive et les visiteurs plus nombreux à venir admirer Te Maru O Havaiki dans sa phase de finitions.
    Avant que l’Association de Renouveau du Va’a Motu des Tuamotu puisse présenter la pirogue, plus de 5 mois de construction ont été nécessaires. Pour Toko, James, Hugo et Alexandre, c’est un accomplissement et ils peuvent être fiers du résultat, à la hauteur de toutes les espérances !
    Pendant deux jours, avant le baptême, l’équipe technique assemblait les différents éléments qui composent la pirogue : iatos, amas, coque principale, système de barre, filets. « Tout est attaché avec du cordage Spectra, Dyneema, des matières modernes ultrarésistantes. On ne fait qu’adapter les matériaux d’aujourd’hui à ce qui se faisait en végétaux il y a plus de 50 ans, c’est une évolution logique”, explique Alexandre Genton, le chef de chantier.

    Le mât installé

    Aussitôt la base assemblée, Ato Lissant, président de l’association conduisait la remorque supportant la pirogue, qui quittait son lieu de conception pour la toute première fois. Une naissance synonyme de renaissance pour Fakarava, qui n’a pas vu cela depuis fort longtemps.
    Cent mètres plus loin, sur le quai, le nouveau-né découvrait pour la première fois le lagon. Vint alors le moment de “mâter”, c’est-à-dire installer le mât sur son support. On doit également poser la bôme et la fourche pour accueillir la grand-voile du gréement aurique, typique des dernières pirogues navigant à Fakarava. Une opération délicate, réalisée avec succès, qui venait achever le montage de la pirogue.
    Le lendemain, c’est le jour J. La cérémonie débute par une prière puis Ato Lissant prend la parole en tahitien pour raconter l’histoire du projet Va’a Motu, traduite ensuite en français par Vaiete Maltby, secrétaire de l’association. Julien Girardot, initiateur du projet avec Ato, lit ensuite des messages de félicitation adressés par deux partenaires importants de métropole (l’agence des Aires Marines Protégées, le Fonds de dotation Explore de Roland Jourdain). Le député Maina Sage qui a récemment accordé à l’association une aide financière sur sa réserve parlementaire en 2016 a aussi fait suivre un petit mot.
    La cérémonie était rythmée par les toere, ukulele, guitares et pahu de la troupe de chants et de danses “Tetamanu”.

    Sous une pluie de fleurs

    Les enfants entonnent l’hymne polynésien, sous la houlette de Gilles Tuhoe, professeur de l’école. Vient alors l’heure du baptême. Dans le recueillement le père Tave lit quelques prières et baptise Te Maru O Havaiki en l’aspergeant d’eau bénite.
    Madame Mahia Varas et Monsieur Daniel Snow, deux anciens charismatiques de Fakarava ont été choisis par l’association pour être marraine et parrain de la pirogue. Ils cassent ensemble la bouteille d’eau de coco emballée dans une confection végétale et florale magnifique. Alors, une véritable averse torrentielle de pétales de fleurs que les enfants avaient préparés la veille dans des petits paniers végétaux, s’abat sur la pirogue. C’est magique, il pleut des fleurs sur Te Maru O Havaiki. Les couleurs sont splendides, c’est une véritable explosion de fraîcheur, d’odeurs douces et enivrantes qui rendent l’instant encore plus grandiose.
    La joie se lit sur les visages et dans les regards de chacun. Il est alors temps d’offrir à Te Maru O Havaiki l’occasion de rejoindre son élément : l’eau du lagon.
    Le Maraamu souffle sur Fakarava, rendant la manœuvre compliquée. Après une petite frayeur pour le ama qui ne passe pas loin du quai, la pirogue glisse hors de la mise à l’eau et l’équipage hisse la petite voile d’avant pour tirer le premier bord d’une grande aventure maritime à Fakarava. À son bord, les deux jeunes en formation CAE, Benoît Tokoragi, et James Flinck, un bénévole très impliqué : Hugo, ainsi que Julien Girardot et Alexandre Genton. Avec un sentiment de satisfaction et d’humilité, ils savourent ensemble cet instant magique où la pirogue rejoint son élément, sous les yeux ébahis des spectateurs venu en masse assister à cet instant unique.

    De notre correspondant J.G.

     

    Mille mercis

    Construire une pirogue à voile à Fakarava, voilà plus d’un demi-siècle que cela n’était pas arrivé. L’association de Renouveau du Va’a Motu des Tuamotu l’a fait et ceci grâce aussi au soutien de nombreux partenaires locaux dont Air Tahiti Nui, l’Office des Postes et Télécommunications, Tahiti Tourisme, le Ministère de la Culture et la Banque Socredo. Côté technique, le Groupe Siu était bien présent dans l’aventure avec Sin Tung Hing Marine, ACE et Polybois. Inov Inox et EV Construction ont également apporté leur soutien.
    Les lignes admirables de Te Maru O Havaiki, alliance de tradition et de modernité, sont, elles, le fruit du travail de Nicolas Gruet (NG Yacht Design), architecte naval à Tahiti, qui s’est inspiré du souvenir des anciens de Fakarava.
    L’association (Ato Lissant, Vaiete Malby, Gahina Bordes et Julien Girardot) remercie également tous les mécènes, amis du projet, bénévoles qui ont apporté de leur temps et de leur énergie passionnante ; les partenaires techniques de France avec l’intrépide Vincent Le Roux et son entreprise de matelotage Blew Stoub, Karver, Plastimo, Delta Voiles, la corderie Lancelin, Outils Oceans ; les partenaires scientifiques qui viendront en 2016 réaliser une cartographie en 3D à bord de la pirogue : UCD (Université de Dublin), le “R” Lab et Kahi Kai ; Le programme MAB France (Man & Biosphere) ; Dieter Paulman et Peia Patai, ainsi que tous les membres de Pacific Voyagers pour leurs nombreux encouragements ; Te Rangi et son équipage pour le transport des matériaux de construction à la voile. Un remerciement chaleureux à la commune de Fakarava et son comité Heiva, à Louis Wane pour son soutien précieux ; Benjamin Flao et Troub’s pour leur bande dessinée “Va’a, une saison aux Tuamotu” et “Le Petit Manuel” Les partenaires médiatiques : le magazine Voiles & Voiliers, le collectif de photographe de mer Sea & Co et bien sûr, La Dépêche de Tahiti ! Mauruuru à tous !

    Enfin, une pensée émue pour Laurent Bourgnon qui aurait aimé ce bateau…

    Tout commence

    L’association se tourne désormais vers la navigation et les jeunes qui ont appris à construire vont enfin pouvoir apprendre à naviguer à la voile à bord de l’embarcation qu’ils ont eux-mêmes construite sur leur atoll. Dès que l’équipage de Te Maru O Havaiki sera rodé, l’association pourra entamer les programmes pédagogique, eco-touristique et scientifique.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete