Fatu Hiva – Les apiculteurs prêts à sauver la planète

    jeudi 29 septembre 2016

    apiculteurs

    La découverte des techniques de l’apiculture permettra aux habitants d’optimiser la pollinisation de leurs cultures
    et des arbres fruitiers. (Photo : DR)

     

    Savez-vous que 80 % de la pollinisation mondiale des végétaux est effectuée grâce aux abeilles et que si elles disparaissaient un jour, cela entraînerait une catastrophe mondiale car l’homme n’aurait plus la possibilité de manger de fruits et de légumes.

     

    On note également que les apiculteurs métropolitains enregistrent une baisse importante de leur production de miel depuis plusieurs années ; 2016 étant, selon l’Union nationale de l’apiculture française, “une nouvelle année catastrophique” à cause de mauvaises conditions climatiques, des maladies détruisant les ruches et des méfaits des traitements insecticides sur les cultures.

    Le 25 septembre 2014, une association familiale : agriculture, pêche, apicuture, tourisme “Te Hanakatahi o Hiva” a été créée aux Marquises, sur l’île de Fatu hiva. Par l’intermédiaire de l’association, Sabine Boiron, présidente de “Te Hanakatahi o Hiva”, a eu l’idée de faire venir un jeune formateur, Hoani Marescot, par le biais du centre CFPPA (Centre de formation professionnelle et de la promotion de l’agriculture) de Opunohu à Moorea.

    Cette formation, qui s’est déroulée du 15 au 17 septembre, a permis l’initiation aux techniques de l’apiculture d’un groupe de volontaires de Fatu Hiva et d’une personne de Hiva Oa, soit au total 9 participants, prêts à redonner vie à leur île tant du point de vue agricole qu’économique, par le biais de l’apiculture.

    Fatu Hiva possède le climat le plus humide de tout l’archipel. Étant la plus au sud, à l’écart de tout. La plus proche du tropique du Capricorne, et grâce à ses crêtes élevées et abruptes, les pluies s’y déversent en abondance, donnant naissance à une végétation riche, avec en premier lieu, les mangues, les pamplemousses, les citrons, les oranges, les papayes… des arbres qui peuvent produire leurs fruits grâce au travail des essaims d’abeilles.

     

    Neuf volontaires

     

    Cette initiative était soutenue par le maire de l’île, Henry Teieinui . À l’issue de cette formation, des diplômes ont été remis aux stagiaires. L’énergie et l’envie de développer ce métier susciteront sans doute un second volet de formation.

    Un travail, qui grâce à leur rigueur et leur motivation professionnelle, portera ses fruits, pour les Marquises d’abord… et pour la planète tout entière.

     

    MOG
    d’après un communiqué

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete